"Chéri(e), on va voir quoi au ciné ce week-end ?" 

Après des heures de dispute, car ni l'un(e) ni l'autre ne sait où aller bruncher maintenant que les terrasses ensoleillées sont ouvertes, dès le moment où il est l'heure de filer au ciné, la discorde est d'autant plus grande arrivés devant le guichet... 

Vous pourriez être tentés d'aller voir un thriller poignant mais vous vous laissez envoûter par les voix des sirènes (Astiennes) qui vous murmurent à l'oreille "viens voir Kaamelott". Vous seriez bien inspirés de suivre leurs conseils, vous ne regretterez pas votre voyage en Bretagne. 

Kaamelott, premier volet place l'intrigue 10 ans après la fin de la série, ce qui coïncide avec le départ d'Arthur de son royaume suite à la rébellion de Lancelot. Le spectateur se retrouve propulsé dans un monde qu'il connait, mais 10 ans ont passé, les personnages ont vieilli, évolué et le royaume de Kaamelott n'a plus du tout le même visage d'antan. 

S'il était question de quête arthurienne et de péripéties (ponctuées de traits d'humour et de calembours), l'esprit du film reste inchangé, sauf qu'il n'est plus question de quête, mais de reconquête.

Osez prendre le chemin vers le royaume où Alexandre Astier est roi, vous goûterez, au passage, à une bonne tranche de rigolade.

Et pour vous prouver que c'est le film à voir dès aujourd'hui, voici 5 raisons qui vont vous pousser à courir voir Kaamelott au cinéma.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1- Casting : on prend les mêmes et on recommence

S'il y avait bien quelque chose qui faisait la force de la série Kaamelott, c'est son casting. De Karadoc à Perceval, de Léo Dagan à Guenièvre, chaque comédien collait parfaitement à son rôle. Ce sont eux, les comédiens (et leur façon de donner vie aux dialogues) qui ont fait le succès de la série Kaamelott sur M6. Le film ne déroge pas à cette règle. Non seulement il nous permet de renouer avec des personnages qui nous ont cruellement manqué mais il offre également son lot de surprises et de découvertes. C'est tout le cinéma français (ou presque) qui s'est donné rendez-vous autour de la table ronde. Alain Chabbat, Guillaume Galienne, Géraldine Nakache, Antoine Decaune, Sting... Tout au long du film, on se balade de surprise en surprise, de personnage en personnage, qu'ils soient de passage ou important pour l'intrigue, cela n'a finalement pas d'importance, car il porte à merveille les textes d'Astier pour créer une comédie médiévale pas tout à fait orthodoxe.

 

2- Pour la musique, qui nous transporte réellement dans un autre univers

On pourrait presque écouter Kaamelott sans le regarder. Le talent (le génie ?) d'Astier a encore frappé. Une fois de plus, ce véritable couteau suisse était à la fois au four et au moulin sur cette production. Non content de s'occuper de l'écriture, du casting, de la réalisation et du montage, l'homme de cinéma a décidé qu'il était également nécessaire qu'il compose l'ensemble de la bande-son du film. On ne peut que remarquer à quel point la musique est en adéquation avec ce qu'il se passe à l'écran. Par certains moments, on a même l'impression qu'un dialogue s'installe entre les personnages et la musique. Elle n'est pas simplement là pour faire office de décorum, elle remplit la salle autant que le film remplit l'écran.

 

3- Inutile de connaitre chaque épisode de la série par cœur pour comprendre le film

Et c'est un véritable tour de maître. On aurait tendance à croire qu'il faut absolument avoir vu chaque épisode de la série de M6 pour comprendre l'intrigue, cependant, il n'en est rien. Certes, cela vous aidera pour replacer les personnages dans l'histoire, pour remarquer les petits clins d'œil et autres easter eggs cachés de ça et là, mais Astier a pensé son film pour tout le monde, pas seulement pour ses fans de la première heure. Vous prendrez autant de plaisir et rirez de bon cœur que vous connaissiez les règles de l'artichette ou non.

 

4 - Pour en savoir un peu plus sur l'enfance d'Arthur

Si la série nous avait permis d'en savoir un peu plus sur l'enfance d'Arthurus, le film va encore plus loin en nous offrant de superbes flashbacks qui illustrent parfaitement la naissance de l'esprit guerrier et de justice d'Arthur. En plus, ces séquences nous offrent le plaisir de pouvoir découvrir les premiers pas de Neil Astier (fils d'Alexandre) à l'écran.

 

5 - Assurément le film de l'été

Teasé depuis des mois, le film devait initialement sortir en juillet 2020. Depuis, le public l'a attendu comme le messie, comme LE film qui lui donnerait envie de pousser la porte d'un cinéma et de retourner dans les salles obscures. C'est un film good mood, léger, tout ce dont on a cruellement besoin en ce moment. En sortant de la salle, on est immédiatement pris d'une envie d'en voir plus, d'avancer dans l'histoire. C'est le signe d'un (très ?) bon premier volet pour une saga à venir. Astier, le Georges Lucas français ? On lui souhaite tout autant d'attendre les étoiles (et une galaxie lointaine, très lointaine).

 

Tags : film, série, News Divertissement