Gare aux rhumatismes !

Le profil de Natalie Kunicki, une Anglaise de 23, est tout à fait banal, à une exception près : elle a été victime d'un AVC (Accident Vasculaire Cérébral) après avoir fait craquer les os de son cou de manière non intentionnée. 

Dans une interview accordée au Daily Mail, la jeune femme a tenu à s'exprimer sur le fait que ce n'était pas volontaire : "je n'essayais même pas de faire craquer mon cou. Je l'ai étiré et j'ai entendu 'crac'."

Partiellement paralysée du côté gauche de son corps, Natalie Kunicki tentait de s'extirper de son lit dans lequel elle se trouvait à ce moment-là : "J'ai essayé de marcher jusqu'à la salle de bain, mais je titubais. J'ai baissé les yeux et réalisé que ma jambe gauche ne bougeait plus du tout, puis je suis tombée par terre."

En réalité, après la rupture d'une artère vertébrale qui assure normalement l'oxygénation du cerveau, le "craquement" a provoqué la formation d'un caillot de sang dans son cerveau et a fini par déclencher un AVC.

Prise en charge à l'hôpital, ses jours ne sont pas en danger, mais cet incident lui aura laissé quelques séquelles dont elle se souviendra longtemps... 

Cette dernière réapprend de jour en jour à remarcher correctement, les médecins ne sachant pas si elle retrouvera l'entièreté de sa mobilité d'avant. D'un point de vue médical, le caillot qui s'était formé dans le cerveau n'a malheureusement pas pu être extrait, mais l'artère endommagée suite à cet AVC a, quant à elle, été comblée par la pose d'un stent. 

Son histoire sert d'exemple pour illustrer les risques liés aux craquements des articulations, mais aussi à sensibiliser les jeunes sur l'AVC"Les gens doivent savoir que même si l'on est jeune, quelque chose de si banal peut causer un AVC. Mon cas est extrêmement rare, mais la rupture d'une artère vertébrale est en réalité une cause assez fréquente d'AVC chez les jeunes. Il suffit de faire du sport ou quelque chose de physique pour que cela arrive" a-t-elle déclarée en sortant de l'hôpital. 

Enjoy, 

Les Éclaireuses 

-