Si nous étions toutes conscientes des conséquences directes de la pilule sur les hormones, encore très peu de chercheurs s'étaient penchés en détail sur leur association. 

C'est une étude de l'université de Copenhague publiée le 28 Septembre dernier, qui fait ressortir ce que nous pressentions déjà : les femmes qui prennent la pilule contraceptive seraient plus sujettes aux symptômes dépressifs que les autres. 

L'étude danoise se base sur plus d'un million de dossiers médicaux représentatifs des différentes techniques de contraception. Selon elle, les adeptes de la pilule seraient 23% plus sensibles aux épisodes dépressifs et auraient donc plus de risques de se faire prescrire des anti-dépresseurs. 

Dans le même ordre d'idées, les femmes qui prennent la pilule ne contenant pas d'oestrogènes, c'est-à-dire la pilule progestative, se verraient 34% plus sujettes aux anti-dépresseurs, que les femmes ne prenant pas la pilule. 

Enfin, les femmes qui utilisent une contraception intra-utérine, tel que le stérilet hormonal ou les femmes possédant des implants, seraient plus "attirées" par la pente de la dépression que les autres. 

Les auteurs de l'étude avouent que même si l'utilisation d'une contraception influe directement sur la santé mentale des femmes, encore trop peu d'analyses ont été menées pour en connaître réellement l'impact.

Enjoy, 

Les Éclaireuses

 

Source : lastampa

 

Photo de couverture : ©shwopno.info