Quand Julián Ríos Cantú avait 13 ans, sa mère déclare un cancer du sein pour la seconde fois. Le jeune garçon a presque perdu sa mère car le diagnostic a été trop tardif. Et, déjà à l’époque, il désirait que personne ne vive la même souffrance de voir sa propre mère frôler la mort. À l’âge de 19 ans, il décide avec 3 de ses amis d’inventer un produit pour détecter le cancer du sein.

De là est né « EVA », une brassière autoexplorante équipée de 200 biodétecteurs capablent de déceler les signes d’un cancer de la poitrine.
Portée seulement 1 heure, la brassière peut relever les changements significatifs de température, de poids ou encore forme.
« Lorsqu’il y a une tumeur dans un sein, il y a un afflux de sang plus important, plus de chaleur et un changement de texture de la peau », explique le jeune mexicain lors d’une interview avec un magazine local, El Universal.

Les femmes détentrices de ce produit peuvent elles-mêmes regarder leurs « variations » de poitrine inquiétantes (ou non) à l’aide d’une application mobile. Durant une présentation au « Talent Land » de Mexico, le jeune mexicain a annoncé avoir déjà vendu 5000 exemplaires de sa brassière et qu'elle devrait arriver sur le marché japonais d’ici la fin de l’année. 

Après avoir reçu le prix du meilleur étudiant entrepreneur (Global Student Entrepreneur Award), Julian devient le plus jeune « chercheur » à recevoir la « Presidential Medal in Technology and Innovation » directement de la main du président du Mexique.

Aujourd’hui, Julian tente de faire adopter sa brassière par les hôpitaux du monde entier.

Enjoy,

Les Éclaireuses

  

-

  

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail