"Le syn... quoi ?" Voilà ce que vous vous êtes dit en lisant ce nom... Puis, si les ovaires sont en cause, c'est qu'il s'agit encore d'un joli lot réservé à nous, mesdames ! 

Il est clair que le corps humain sait faire des siennes, mais celui des femmes, très sensibles aux changements hormonaux, est parfois bien fragile... Eh oui, parce que c'est près d'une femme sur dix qui est touchée par le syndrome des ovaires polykystiques, souvent réduit à l'acronyme SOPK (à ne pas confondre avec Star Trek donc). 

Et pourtant, même si cette maladie est (malheureusement) répandue, les symptômes sont très variables d'une femme à l'autre ! Il est donc difficile de la diagnostiquer. Cependant, il y a des signes qui ne trompent pas, et on ne sera jamais trop vous conseiller de consulter au moindre doute.

Installez-vous, on vous dit tout...

Les Éclaireuses

 

1. Le SOPK est sous-diagnostiqué

-

Bien qu'il s'agisse du trouble hormonal le plus répandu chez les femmes en âge de procréer, la moitié d'entre elles ne savent pas qu'elles en sont atteintes. En effet, le SOPK est très mal diagnostiqué, mais non pas moins important, puisqu'il est lié au diabète de type 2. Les femmes atteintes du SOPK ont 5 fois plus de risques de développer ce type de diabète, mais aussi des maladies cardiaques. Ainsi, être traitée pour le SOPK peut vraiment vous garantir une meilleure santé, alors même si vous n'êtes pas certaine, osez consulter !

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

2. Les règles sont irrégulières

-

Avec un taux d'androgènes (la testostérone la plus connue) supérieur à la normale, l'ovulation est ralentie chez les femmes atteintes de SOPK. Qu'elles aient toujours été irrégulières, ou que ça soit soudain, ou même s'il y a un arrêt de règles non expliqué, il faut le prendre comme un symptôme probable de SOPK. Cependant, cela survient plus souvent après une prise de poids ou beaucoup de stress.

 

3. Les problèmes de fertilité peuvent être liés

-

Le SOPK est même la cause d'infertilité la plus courante ! Et pour cause, sans ovulation régulière, il peut être difficile de détecter les moments propices à la conception. Mais la qualité des ovules est aussi remise en cause, avec une probable inflammation et les modifications hormonales provoquées par le SOPK. Cependant, rassurez-vous, c'est souvent juste une question de temps et la grossesse est possible avec un bon traitement.

 

4. Les cheveux et poils ne poussent pas vraiment où on aimerait

-

Un des symptômes du SOPK est souvent l'hirsutisme ! C'est-à-dire qu'il y a une quantité excessive de poils qui poussent sur les zones où les hommes en ont (poitrine, ventre, dos...). Mais la testostérone agit aussi sur la perte de cheveux... Il s'agit souvent d'une fragilité du cheveu et d'une perte de cheveux sur l'avant du crâne. 

 

5. L'acné peut en être un symptôme

-

Le SOPK peut entraîner de nombreux problèmes cutanés comme les pellicules et l'acné. En ce qui concerne l'acné, il est souvent lié le long de la mâchoire et est résistant aux traitements médicamenteux. Des dermatoses peuvent aussi être provoquées par le SOPK...

 

6. La graisse a tendance à s'accumuler sur le ventre

-

Les femmes atteintes du SOPK ont tendance à prendre du poids facilement, et perdre du poids peut être extrêmement difficile. Cela est dû à la résistance à l'insuline et à la leptine. La résistance à l'insuline vous fait stocker plus facilement les graisses, tandis que la résistance à la leptine donne à votre cerveau le sentiment d'être en état de famine, ce qui perturbe vos signaux de faim et de satiété. Ainsi, la graisse se stocke plus facilement autour du ventre...

 

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

7. L'apnée du sommeil y est étroitement liée

-

L'apnée du sommeil est une affection qui fait cesser puis recommencer votre respiration à répétition pendant votre sommeil. Cela peut entraîner de l'hypertension artérielle, des maladies cardiaques, de l'obésité et des changements d'humeur. Les patientes souffrant de SOPK sont 30 fois plus susceptibles de faire de l'apnée du sommeil. Si vous ronflez bruyamment et que vous êtes fatiguée même après une nuit de sommeil, il faut consulter.

 

8. Les kystes ne sont pas obligatoirement le principal symptôme

-

Le nom de "syndrome des ovaires polykystiques" peut être trompeur, puisque les kystes ovariens ne sont pas un facteur requis pour en être atteinte. Les kystes du SOPK ne sont pas des kystes ovariens typiques, mais des follicules partiellement développés, dans lesquels l'ovule niche avant d'être libéré pendant l'ovulation. Les jeunes femmes auront souvent de petits "kystes", tandis que les femmes plus âgées n'auront peut-être rien ; souvent, ils seront décrits comme "plusieurs petits follicules".