L’orgasme féminin est un vaste sujet qui a trop longtemps été écarté des cours d’éducation sexuelle et avec lui de nombreux autres aspects de la sexualité des femmes. On aborde plus souvent et avec plus de profondeur celle des hommes, venant même jusqu’à faire croire que la masturbation n’est qu’une affaire de mec. Jamais, à l’école, ou dans de très rares cas, le plaisir des femmes n’est évoqué. On laisse souvent ça aux hommes, laissant à Madame tout ce qui concerne la reproduction. On se retrouve donc souvent dans un schéma archaïque qui soutient que l’homme ne vit sa sexualité que pour le plaisir et la femme ne pratique le sexe que pour se reproduire. 

Cet obscurantisme a créé de nombreux tabous et de fausses idées préconstruits sur la sexualité féminine, comme le fait qu’il existerait deux types de femmes sur terre : les clitoridiennes et les vaginales. Cette idée tenace, on la doit à notre cher Sigmund Freud qui, à travers ses recherches, a hiérarchisé l’orgasme chez la femme, soutenant même qu’il y avait un orgasme dit ''infantile’’ (l’orgasme clitoridien) et un orgasme ''adulte’’ (l’orgasme vaginal). En soutenant cette thèse, le psychanalyste a développé une théorie selon laquelle les femmes doivent conscientiser leur zone directrice du plaisir pour atteindre une maturité sexuelle.

Cette (fausse) idée poussera même des femmes à se faire opérer du clitoris pour atteindre l’orgasme vaginal comme, par exemple, Marie Bonaparte, psychanalyste célèbre et maîtresse d’Aristide Briand, qui se fera opéré 3 fois du clitoris, en vain. 

L’idée a fait son chemin et, aujourd’hui, de nombreuses femmes développent des ''complexes’’, souffrant de ne pouvoir atteindre l’orgasme que grâce à une stimulation clitoridienne. 

Pour toutes ces raisons et bien plus encore, voici 3 raisons pour envoyer valser les idées reçues et ne plus penser qu’à votre plaisir. 

Enjoy

Les Éclaireuses

 

- Non, la sexualité ne doit pas être phallocentrée



Trop souvent, on considère que c’est le pénis de l’homme qui est à la source du plaisir. La faute au porno occidental qui a normé l’acte sexuel autour de la pénétration, seulement la pénétration, toujours la pénétration. Cette vision toute construite de la sexualité nous a éduquées, nous, femmes, à n’être qu’un réceptacle avec un plaisir qui dépend essentiellement de la performance de notre partenaire. Pourtant, malgré ce que le porno aimerait nous faire croire, il n’en est rien. Le vagin, même s’il est souvent représenté comme central dans l’acte sexuel, n’est pas central dans la notion du plaisir, il n’est même pas acteur. Le seul acteur, c’est le clitoris. 

 

- Comprendre l’anatomie du clitoris

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gangduclito (@gangduclito)



Pendant des siècles, l’anatomie sexuelle féminine a été passée sous silence. Si bien que le clitoris ne fait son apparition qu’au XXe siècle dans les représentations anatomiques. Mais ce n’est qu’en 2017 que le clitoris sera correctement représenté dans un manuel scolaire. Il reste donc du chemin à parcourir pour faire comprendre à tout un chacun l’importance de cet organe dans le mécanisme du plaisir féminin. Sur le schéma, on voit parfaitement que le clitoris ne se limite pas qu’au ''bouton de rose’’ visible, il est en réalité beaucoup plus grand et complexe. Les bras du clitoris viennent entourer le vagin et c’est par le biais de ces bras que le plaisir est ressenti. Il n’est donc pas question de femme vaginale ou clitoridienne, mais plus d’une sensibilité à la stimulation interne ou externe. 

 

- Ne pas avoir peur de découvrir son corps

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Gangduclito (@gangduclito)



Autre tabou tenace, celui de la masturbation féminine. Si pour les hommes, il est présenté comme normal de se masturber, pour les femmes, c’est une autre histoire. Pour 45 % des Françaises, la masturbation féminine est encore un sujet difficile à aborder (selon une enquête Ifop). Pourtant, pour les courageuses qui osent en parler, presque 50% d’entre elles admettent réussir à avoir un orgasme plus facilement en se masturbant que lors d’un rapport sexuel ciblé sur la pénétration avec un ou une partenaire. Un chiffre qui en dit long sur l’importance de la découverte de son corps et de son plaisir. Si même les femmes n’ont pas conscience de la magie de leur clitoris, difficile de diffuser l’information. À ce jour, c’est le seul organe connu chez l’humain dédié 100% au plaisir, c’est assez unique pour être souligné.