Le syndrome du vagin mort (ou dead vagina syndrom), c'est une expression qui peut faire peur. Mais pas de panique, le nom s'avère être plus effrayant que le syndrome et les répercussions, même s'il ne faut pas minimiser le phénomène. 

Si vous avez déjà ressenti un engourdissement au niveau du clitoris, il est possible que vous ayez déjà subi le syndrome du vagin mort. Vous vous en êtes rendu compte par vous-même, ce n'est souvent que momentané, heureusement, votre organe du plaisir a très vite retrouvé de la vitalité (OUF !). Cet endormissement passager peut indiquer que vous souffrez d'une hypersensibilité au niveau de votre clitoris. Rien d'alarmant donc, si ce n'est qu'il demande un peu plus de ménagement. 

La parole se libérant de plus en plus sur le plaisir féminin et sur les différentes façons de se faire plaisir, il est normal que nous tâtonnions encore sur quelques réactions physiques. Parfois, on appose un nom sur une situation, sans trop réfléchir. Dans les faits, ce n'est pas tant une "mort vaginale", mais "une mort clitoridienne". 

Alors, à quoi est due cette situation ? Quelles sont les causes de "la mort vaginale"? 

Enjoy

Les Éclaireuses

 

Un clitoris engourdi, à qui la faute ? 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par T’as joui? (@tasjoui)

 

Quelle est la cause réelle de cet engourdissement momentané du clitoris ? S’il apparaît après un tête à tête avec votre vibromasseur, ne cherchez pas plus loin, le fautif se cache dans votre main ! Rien n'arrête la technologie, surtout pas celle des sextoys, si bien que certains modèles peuvent faire jusqu'à 10 000 tours par minute. En résultent une vibration plus qu'optimale et un clitoris hyper stimulé. 

Selon une étude datant de 2009, 16% des femmes ont déjà ressenti un engourdissement suite à l'utilisation plus ou moins prolongée d'un vibromasseur. Toujours selon cette étude, il semblerait que les effets d'engourdissement s'estompent en quelques heures. Pas de panique donc, laissez juste le temps à votre clitoris de récupérer et tout rentrera dans l'ordre ! 

 

Un phénomène qu'il ne faut pas confondre avec la dépression du vagin

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Merci Beaucul (@mercibeaucul_)

 

Si le syndrome du vagin mort est bénin, ce n'est pas le cas de la dépression du vagin. Également connue sous le nom de la vulvodynie, la dépression vaginale peut s'avérer être un vrai handicap si l'on souhaite avoir une vie sexuelle épanouie. Médicalement, on décrit la vulvodynie comme "une douleur persistante et inexpliquée dans la vulve". Dans les faits, la dépression se manifeste par des sensations de brûlure à l'entrée du vagin lors de la pénétration. Que ce soit lors d'un rapport sexuel ou la mise d'un tampon, la douleur vient se manifester. Dans certains cas, elle peut même s'étendre jusqu'aux fesses et à l'intérieur des cuisses. 

On ne connait pas réellement la cause de cette dépression, mais on sait que toutes les femmes peuvent en souffrir, et ce, à n'importe quel âge. Si vous ressentez la moindre douleur, il est essentiel de consulter rapidement un professionnel de santé pour essayer de comprendre d'où vient le mal et le traiter rapidement. Souvent, les médecins préconisent la prise d'antidépresseur pour "soigner" la dépression. 

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

 

Un autre trouble vaginal qu'il ne faut pas minimiser : le vaginisme

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le cul nu (@lecul_nu)

 

Cet autre trouble se caractérise par un réflexe musculaire incontrôlé qui va venir "fermer" l'entrée du vagin, ce qui a pour effet de venir bloquer la pénétration. La cause du vaginisme est avant tout psychologique. On distingue deux types de vaginisme, le primaire, il est là depuis toujours et peut être provoqué pas une culture et une éducation assez conservatrice de la sexualité, et le secondaire, qui peut survenir après un évènement traumatisant (suite à un viol, un accouchement ou après une période d'infections à répétition). 

Heureusement, ce n'est pas irréversible, il existe des solutions pour guérir le vaginisme. Le gynécologue ou un sexologue peut accompagner la rééducation, mais l'autotraitement est aussi possible. Grâce à de petits coups de pouce, comme la crème lubrifiante ou des sextoys de tailles différentes, on peut combattre le réflexe de contraction involontaire. Un accompagnement psychologique peut également être nécessaire pour trouver la cause et la guérir. 

 

 

 

Tags : Mort