Vous êtes un oiseau de nuit. Une fois que le jour se couche, vous avez des envies de bouger. Boire un verre, aller danser ou tout simplement mater des séries jusqu’à pas d’heure, c’est votre « truc ». Plus vraiment capable de savoir si c’est une habitude, une horloge biologique « décalée » ou tout simplement une préférence certaine pour la vie nocturne, vous vous couchez souvent très tard.

L’Université de Surrey, au Royaume-Uni, s’est penchée sur votre cas ! Une étude, publiée dans le journal « Chronobiology International » et réalisée sur un demi-million de personnes, met en évidence que le fait de se coucher tard pourrait avoir un impact sur votre longévité. Les couche-tard auraient un risque de décès prématuré 10% plus élevé que leurs homologues au lit à 23h.

Les noctambules étant plus sujets aux troubles psychologiques, neurologiques, gastro-intestinaux et au diabète. Ce qui s’explique en somme assez « simplement », quand on pense aux activités des couche-tard qui impliquent souvent peu de sommeil, de l’alcool, du tabac et autres.

Et ce n’est pas les horaires d’été qui arrangent le problème, bien au contraire. Il a été recensé plus de crises cardiaques en période estivale qu’en période hivernale. Le lien avec le manque de sommeil engendré par le soleil qui se couche à 22H n’a pas été révélé mais c’est une hypothèse émise par les chercheurs !

Alors, même si vous rêvez de boire des Spritz en terrasse jusqu’au bout de la nuit (et jusqu'à plus soif !), pensez à vous reposer, et ça même, hors période d’été !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

 

-