Attention, appel spécial : les salty girls sont demandées !

Bien que l’on sait toutes que l’on ne doit pas en abuser, le sel est pourtant bien présent. Dans nos salades, nos pâtes ou même nos légumes. Sacrilège ! Qui a osé ? Mais si vous pendant votre apéritif entre copines, vous aimez avoir votre petite poignée de noix de cajou, de chips ou de cacahuètes même si ce n’est pas très healthy, nous avons l’étude qui va vous empêcher de culpabiliser (du moins, un peu) et surtout qui va devenir votre excuse phare !

Alors même si l’on est au courant que trop consommer le sodium présent dans le sel peut augmenter votre tension artérielle et augmenter les risques de maladies ou d’attaques cardiaque, deux études récemment parues ont tout changé. Ou presque, slow down.

Les experts ont donc démontré que les effets du sel ont, pendant longtemps, trop longtemps, été mal compris et que ses effets sur le corps peuvent même être bénéfiques. C'est pas vrai ? 

Mais comment ont-ils pu faire ? On s’interroge ! Tout cela est simple. Les chercheurs ont prescrit une alimentation spéciale à 10 astronautes russes vivant sur deux missions spatiale distinctes. Résultat, ceux avec une alimentation avec le plus de sel produisaient plus d’urine, même s’ils ne buvaient pas plus (les astronautes n’ont évidemment pas plus envie de boire après avoir mangé une tonne de sel, ce ne sont pas des astronautes pour rien !)

Après avoir mené la même expérience sur des souris, les chercheurs en ont conclu qu’en mangeant plus d'aliments salés, leurs corps ont libéré plus d’hormones, appelées glucocorticoïde, connues pour affecter le métabolisme et le système immunitaire. C’est ces hormones qui selon eux, ont provoqué la décomposition des graisses et des muscles et donc, dérivé l’eau.

Mais attention, les chercheurs vous recommandent tout de même de ne pas dépasser l’équivalent d’une cuillère à café par jour.

On reste tout de même assez sceptique, pas vous ?

Enjoy,

Les Éclaireuses 

 

source : giphy.com