Pourquoi le ghosting peut-il lourdement impacter notre santé mentale ?

Marie Ordioni 19 juin 2024

OUI, en 2024, on passe bien trop de temps sur notre smartphone. Et bien plus que d'être accro à notre écran, on l'est à celui ou celle qui nous donne une raison de l'allumer. Alors s'il.elle décide de nous ghoster... C'est tout notre monde, digital mais surtout mental, qui peut s'écrouler.

Avec notre entrée dans l’ère du digital, l’amour a vu ses codes être complètement bousculés. Avant, on ne vivait que de rencontres, passion et d’instants présents. Aujourd’hui, on n’aime qu’à travers un écran. Ou plutôt, on "like". On commente. On supprime. On écrit. On efface… On opprime.

"Au 21ème siècle, l'amour est un SMS sans réponse… Les textos sont une forme de torture très raffinée." En 2011 déjà, les mots de Beigbeder sonnaient juste dans l’adaptation de son livre L’amour dure trois ans. Aux prémisses des moyens sordides que l’être humain a adopté depuis l'arrivée des téléphones portables et les sites de rencontre, l’écrivain nous parlait déjà à merveille de la notion de ghosting : "Un jour sans réponse, on croit à une stratégie, deux jours sans réponse, on se vexe, trois jours sans réponse, on tombe amoureux."

Le "ghosting", c’est le fait de ne plus donner de nouvelles à une personne d’un coup, sans raison ni explication. Et aussi légèrement essayons-nous de le prendre, ce comportement peut avoir de très lourdes répercutions sur notre santé mentale. 

Le ghosting ou comment hanter notre esprit

Avant de lâcher un "lu", réfléchissons-y à deux fois. Bien que celui-ci puisse parfois nous paraître anodin, il peut avoir un très lourd impact sur la personne laissée en "remis". Au même titre que la volatilisation soudaine de notre crush des radars et des réseaux le mois dernier nous impacter. C’est le sujet sur lequel s’est récemment penché du journal The Independent. À l’occasion du lancement de Your Turn Limits - une nouvelle fonctionnalité de la plateforme de rencontre Hinge empêchant ses utilisateurs de mettre un terme à une conversation sans donner d’explication à leur interlocuteur.trice -, le média s’est intéressé aux effets du ghosting sur notre santé mentale. "De nombreux clients déclarent ressentir de l’anxiété, une perte d'estime de soi ainsi que des symptômes dépressifs.", explique Sylvia Anim, thérapeute psychosexuelle, dans un entretien livré à nos confrères.

Pour illustrer ses propos, l’experte s’appuie sur une étude menée sur le thème, publiée dans The Journal of Social Psychology en 2021. "Lorsque les participants ont réfléchi au fait d'être ghostés, ils ont signalé un sentiment d'appartenance réduit, une estime de soi affaiblie, moins de contrôle et un sentiment amoindri d'existence significative.La nature soudaine et inexpliquée de ce ghosting peut les amener à s'interroger sur leur valeur et sur ce qu'ils ont pu faire de mal, ce qui peut être particulièrement préjudiciable à leur santé mentale.", détaille la professionnelle. Autant d’émotions pouvant bouleverser le bien-être de la personne blessée.

Par ailleurs, Sylvia Anim souligne le fait que le ghosting touche particulièrement les personnes concernées après un rapport sexuel : "L'intimité sexuelle implique souvent un niveau plus élevé de vulnérabilité et d'investissement émotionnelQuand quelqu'un est ghosté après une relation aussi intime, cela peut amplifier les sentiments de trahison, de honte et de douleur émotionnelle.Contrairement à une conversation par messages, ici, la personne s’est ouverte et livrée. Puis elle se voit quittée. La confiance est complètement brisée, autant avec l’autre qu’en elle-même.

Pourquoi on se fait ghoster ? 

On a beau en vouloir énormément au ghosteur, et le diaboliser du mieux que l’on peut, souvent, son acte n’est pas profondément réfléchi ni méchant. Dans la plupart des cas, la personne ne veut pas aller plus loin avec l’autre pour une raison ou pour une autre, et ne sait pas comment s’y prendre. "Les motivations varient, mais incluent généralement la peur de blesser les sentiments de l'autre personne ou un manque d'investissement émotionnel dans la relation.", poursuit la thérapeute.

Rupture récente, envie de papillonner, besoin d’être seule, pas suffisamment de temps à consacrer à quelqu’un, pas assez d’attirance envers l’autre… Les motifs pour lesquels les gens ghostent sont divers et variés. "Certains clients ayant des styles d'attachement évitants ghostent pour maintenir une distance émotionnelle et éviter la vulnérabilité. D’autres peuvent disparaître en raison d’un manque de compétences en communication ou d’un inconfort face à la confrontation.", termine l’experte. La marche à suivre si cela nous arrive ? Nous confronter. Ne pas rester dans le déni. En discuter autour de nous. Prendre du temps pour nous… Et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour apaiser notre santé mentale.

Retrouvez tous nos articles dans notre rubrique Psycho 

 

Tags : santé, psychologie, Relation, Santé Mentale

Marie Ordioni
Rédactrice

Vous aimerez aussi