Les émotions font partie de chacune de nos journées. Tantôt agréable, tantôt difficile, il est souvent difficile d’en faire une bonne gestion.

Plus vous cédez aux caprices de celles-ci et plus on dit de vous que vous êtes « fragile ». La « mauvaise gestion » n’a qu’un sens péjoratif. Mais est-ce que tenter de dominer vos fluctuations d’âme est réellement une bonne solution ?

En réalité, vos émotions sont l’expression profonde et naturelle de ce que vous pouvez vivre en tant qu’être humain. Il est vrai que si nous pleurions à chaudes larmes ou que nous hurlions de joie dans l’open-space à la manière d’un enfant sans filtre, ce serait vite la pagaille.

Mais n’y a-t-il pas un juste milieu à trouver ?

La team healthy s’est penché sur les solutions qu’ils existent pour mieux gérer ses émotions sans pour autant les nier.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Qu’est-ce qu’une émotion ?

via GIPHY

Une émotion est une réponse à un évènement déclencheur. Ce qui rend l’état émotionnel particulier, c’est qu’il trouve souvent son origine dans une pensée, plus qu’un évènement physique.
Le simple fait de penser à un être cher peut vous plonger dans la mélancolie s’il vous manque ou dans la joie si vous êtes aux prémices d’une relation amoureuse.

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

2. Différence entre émotions et sentiments

via GIPHY

Une émotion est un état affectif passager qui a le pouvoir d’agir sur notre organisme. L’émotion s’accompagne de bouleversements physiologiques comme des larmes, des frissons, des rires, des spasmes pour les plus violentes (positives ou négatives).

Un sentiment quant à lui n’a pas d’impact sur notre organisme. C’est un état émotionnel qui peut durer toute la vie. Par exemple, le sentiment d’amour que vous avez pour votre mère ne faiblira jamais, et c’est bien normal !

 

3. Le quatuor de tête

via GIPHY

Ill existe des émotions dites fondamentales, des émotions qui impriment sur notre visage des expressions universelles. Pour vous qui êtes une grande baroudeuse, vous savez qu'il est possible de décrypter l’émotion de nos amis étrangers sans avoir ni la même langue, ni la même culture, ni le même âge qu'eux.

Parmi ces émotions fondamentales, on distingue la joie, la tristesse, la peur et la colère.

Mais il existe également des émotions dites secondaires. L’expression de ces émotions est davantage impactée par l’environnement dans lequel le sujet évolue. Parmi elles : la honte, la culpabilité, le mépris, la tendresse, la jalousie, l’orgueil…

 

4. Les rôles de chaque état émotionnel

via GIPHY

Les émotions et plus particulièrement leurs expressions ne sont en réalité que le reflet d’un traitement d’information. L’être humain a ce besoin de marquer la fin d’une action et son traitement.
Dans le monde matériel, la bonne réalisation d’une action est souvent signalée par un « bip », une « lumière verte », une synchronisation ou autres. Et bien les émotions, ce sont un peu notre manière à nous de dire que l’info est passée et qu’elle a eu son impact !

 

5.  L’objectif des émotions

via GIPHY

C’est un tort de penser que les émotions sont négatives. Oui, même la tristesse a du bon ! Demandez donc aux artistes qui surfent sur leur mélancolie pour écrire des textes puissants et émouvants !

Les émotions fondamentales ont toutes les 4 des vertus concrètes :

- la sensation de VIVRE

- le ciment de nos relations humaines

- la base de la communication

- le moteur de notre évolution

 

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

6. Apprivoiser ses émotions sans les réduire au silence

-

- Revoir sa vision des émotions du bon côté

- Valoriser le fait d’en avoir

- Accepter le fait qu’on ne les contrôle pas toujours quoiqu’en disent les gens

- Appliquer ce que les Anglais appellent le « mindfulness » : vivre pleinement ses émotions et cela en toute conscience. Vivre et non subir.

- Se forcer à sourire, car le corps et l’esprit sont intimement liés. C’est d’ailleurs sur cela que les acteurs jouent pour mimer des émotions qu’ils ne ressentent pas. C’est également ce que font les enfants quand ils font un caprice : mimer des pleurs va en provoquer. Mais avez-vous déjà pensé à utiliser ce système dans l’autre sens ? Avec le sourire !

- Verbaliser son émotion pour atténuer son expression trop spontanée.

- Se rappeler que rien n’est vraiment « grave », s’il n’y a pas mort d’hommes.