« Mais parce que ce n’était pas fait avant ?! », c’est sûrement la question qu’on s’est toutes posée.

En effet, un nouveau rapport pointe du doigt l’hygiène des sondes échographiques puisque ces dernières ne seraient nettoyées convenablement qu’une seule fois par jour. Ahurissant.

Jusqu’à présent, au cours d’un examen vaginal ou rectal, les sondes échographiques n’étaient protégées que d’un simple préservatif à usage unique pour des raisons évidentes d’hygiène et de sécurité. Des mesures jugées trop faibles selon les auteurs de ce rapport.

Et pourtant, c’est plus de quatre millions d’échographies vaginales ou rectales qui sont réalisées en France chaque année. Face aux réactions généralement vives et légitimes de l’opinion public, le ministère de la Santé a dû d’agir.

Il a donc pris une décision et publié les nouvelles recommandations sur son site Internet en annonçant que les sondes échographiques doivent désormais être correctement nettoyées après chaque utilisation. Soit par immersion, soit à l’aide de systèmes semi-automatiques, soit avec des lingettes spéciales.

« C’est une vraie garantie pour les femmes. L’intérêt est d’être certain d’éliminer 100% des virus et des bactéries », confirme Alain-Michel Ceretti, président de France Assos Santé, qui a soulevé les premières questions.

Enjoy,

Les Éclaireuses