Au grand étonnement d’un bon nombre des malades et de leurs proches, le Ministère de la Santé devrait annoncer cette semaine la fin du remboursement des médicaments contre la maladie d'Alzheimer.

Dans la ligne de mire de la Haute Autorité de Santé (HAS) depuis quelques années, ces médicaments sembleraient, selon leurs recherches, faire « plus de mal que de bien ». En effet, aucune réelle amélioration significative n’aurait été relevée avec ce traitement. En revanche, beaucoup d’effets secondaires indésirables (notamment au niveau de la santé du cœur des patients) seraient recensés à la suite de la prise de ces médicaments.

Une annonce qui va prêter à la discorde. Encore sur le marché mais sous le format payant, cette mesure pourrait, selon certaines associations de patients, créer des inégalités entre les malades. En effet, ces traitements ne deviendront accessibles uniquement à ceux qui pourront se les « offrir ».
L’HAS tient tout de même à rappeler que l’on ne soigne pas la maladie d’Alzheimer mais qu’on la « prévient ». C’est pourquoi elle a publié, cette semaine, un guide d’accompagnement.

Les Éclaireuses