Il aura fallu attendre 2018 pour que la loi « considère » enfin les animaux comme ayant des droits. À l’origine de cette initiative et sans grand étonnement, la Fondation 30 millions d’amis. Il aura fallu plus d’un an de collaboration et de travail acharné pour sortir ce Code juridique d’un bon millier de pages.

En réalité, il existait déjà depuis longtemps un bon nombre de textes sur les sujets des droits animaliers. Disséminés entre le Code pénal, civil et rural, il était temps de regrouper le tout dans un seul et même manuscrit. Dorénavant qu’ils soient de compagnie, de ferme ou sauvages, les animaux détiennent des droits et ça, de manière littérale.
Avant cet ouvrage, aux yeux de la loi, les animaux étaient considérés comme des « biens meubles ». Désormais, on reconnait aux animaux leur caractère « vivant et sensible ».

Une évolution considérable dans un monde qui banalise trop souvent la violence...

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

  

-