Devenir mère n’a jamais été une tâche facile ! Cela implique de garder un oeil bienveillant sur un tout petit être si fragile, d’endosser de nouvelles responsabilités, de s’armer de patience et d’attendre un peu avant de recevoir de gros bisous de « récompense ». Mais il n’y a rien de plus beau que d’être mère. Et aujourd’hui, nous souhaitions encourager toutes les mamans qui auraient mis au monde leur enfant autre que par voie basse à être fières d’elles. La césarienne est un moment assez difficile à passer et on l’oublie bien vite quand on nous pose notre enfant dans les bras. Mais nous tenions aujourd’hui à rappeler ô combien, la « C-section » est une technique souvent perturbante pour les futures mamans. Il faut un immense courage pour laisser la médecine sortir votre enfant de votre ventre.

Voici les 3 vérités que seules les mamans ayant subi une césarienne pourront comprendre et dont elles pourront également être fières !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Subir les effets secondaires d’une opération chirurgicale

-

La plupart des gens pensent que la césarienne est une opération anodine et fréquente. Mais il n’en est rien. La césarienne est une chirurgie lourde et dangereuse utilisée uniquement en cas d’urgence ou d’incapacité de mise au monde par voie naturelle.
Autrement dit, ce n’est pas un choix de la part des mamans mais plutôt une nécessité. L’aspect délicat de la césarienne demande souvent à la patiente d’être seule au bloc. Une épreuve que la future maman devra donc « subir » seule et avec un immense courage. Si la douleur physique est absente, l’angoisse, elle, est omniprésente. Mais cette opération est le seul chemin disponible pour rencontrer enfin son enfant. Un sentiment puissant qui maintient la courageuse maman sur la table, enjouée.

  

2. Ignorer jusqu’au dernier moment si tout se passe bien

-

Mais l’angoisse, c’est tout de même le sentiment qui domine lors d’un accouchement par césarienne. Par des raisons de sécurité et d’hygiène, un drap est souvent dressé entre le bas ventre de la maman et son visage. Les médecins d’un côté et elle de l’autre. Assommée par l’anesthésie, la maman est incapable de savoir ce qui se passe réellement dans son ventre.
Elle n’est d’ailleurs même pas sûre de savoir exactement quand son bébé est dans les mains de l’obstétricien. Mais encore une fois, ce n’est qu’un moment un peu stressant à passer et une fois son bébé dans les bras, il ne reste plus une once de peur à la maman qui sait exactement ce qui lui reste à faire. Aimer son bébé plus fort que jamais !

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

3. Surpasser les angoisses post-césariennes avec bravoure

-

Contrairement à la mise au monde par voie basse, la césarienne est une intervention « non-naturelle ». On ouvre le ventre ET l’utérus de la maman sur plusieurs centimètres de profondeur et de largeur. Une incision absolument indolore au moment de sa réalisation mais plus douloureuse les jours suivants. En effet comme toute cicatrice, la "C-section" nécessite d’être soigneusement massée pour éviter les douleurs ou les adhérences. La cicatrice peut amener une forme d’inconfort à la maman pendant quelques semaines. Mais cette cicatrice est le stigmate d’une expérience inouïe, qui est celle de donner la vie. 
Et à y regarder de plus près, la forme du ventre de la mère au moment de la césarienne oblige le médecin à ouvrir le ventre de la maman d’un trait légèrement en arc de cercle. Ce qui, de face, formera au final un doux sourire sur le bas ventre d’une femme exceptionnelle. Il suffit juste d’apprendre à regarder !