"Tu es belle, tu es intelligente, tu es courageuse. Ne doute pas de toi. Tu es bien meilleure que ce que tu crois". @cestquilaboss

Si ce genre de citations nous fait encore du bien aujourd'hui, c'est aussi parce que, parfois, on doute. On doute d'être assez jolie, assez fraîche, assez jeune, assez mince. 

Tous les jours, c'est un petit combat contre moi-même et ma société, qui parfois m'envoie des messages allant à l'encontre de ma propre beauté. J'essaie d'épouser et d'aimer mon corps avec bienveillance et inconditionnalité, mais lorsque je suis fatiguée, les mauvaises pensées viennent me submerger. 

Je fais énormément d'efforts pour aimer mon corps, et m'aimer. Ce n'est pas toujours facile, mais j'y arrive.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. C'est très compliqué de m'aimer

-

Si vous me croisez sur les réseaux ou me croisez dans la rue, vous y verrez de l'assurance et de la nonchalance. Je suis bonne comédienne, à force d'incarner ce rôle de la femme confiante, j'ai presque oublié à quel point c'était compliqué de m'aimer. Non, ce n'est pas de tout repos ni une évidence d'être parfaitement à l'aise dans ses baskets. Tous les matins, je prends le temps de me dire que je suis belle. Tous les jours, j'entretiens mes pensées et je recycle les mauvaises pour les transformer en compliments.

 

2. Tous les jours, c'est un petit combat  

-

C'est une discipline quotidienne de m'assumer telle que je suis. D'accepter que je ne suis plus aussi fine qu'avant, de ne pas déprimer à l'idée de ne plus rentrer dans mon jean préféré. Parfois, je me dis que j'aurais eu moins de difficultés à m'aimer si j'étais un mec ! Puis je me ressaisis et me dis que notre combat de femmes pour célébrer nos corps n'est pas fini. 

 

3. Avec le temps, je m'adoucis

-

Lorsque j'étais plus jeune, j'étais très dure avec moi. Je ne laissais rien passer et pouvais culpabiliser pendant des jours entiers d'avoir pris un kilo. Avec le temps, j'ai compris qu'il existait plusieurs beautés et que chaque corps était désirable, peu importe le poids, la taille et les formes. Je me suis adoucie, car je n'ai pas eu d'autre choix que de cohabiter avec mon propre corps. Je suis devenue sa meilleure amie et aujourd'hui, j'essaie d'être fière de lui.  

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Nous sommes plus fortes à plusieurs

-

Avant j'étais jalouse des autres filles, celles qui étaient plus grandes, plus minces, plus ceci et moins cela. Ce que je ne comprenais pas, c'est que derrière cela, c'était moi que je n'aimais pas. Je n'arrêtais pas de me comparer à ces filles pour me confirmer que je n'étais pas assez. Je m'accrochais à leur image pour mieux me punir de n'être "que" moi. Et puis j'ai grandi, j'ai fait la liste de mes qualités. J'ai compris que j'étais unique et que c'était ce qui faisait mon originalité. 

 

5. Je remercie mon corps 

-

C'est grâce à lui que je suis ici aujourd'hui. C'est grâce à lui que j'avance, que je voyage, que je communique bref, que je vis. Mon corps est essentiel, il est mon meilleur allié, il incarne ce que je suis. Je suis tellement reconnaissante de tout ce qu'il fait pour moi au quotidien. Même si parfois je suis méchante avec lui, je ne cesse d'apprendre et d'avancer pour apaiser notre relation.