La solitude et l’isolement social pourraient causer des dégâts bien plus conséquents qu’on ne le pense. The American Psychological Association a établi que 42,6 millions d’Américains de plus de 45 ans souffriraient d’un état de « solitude chronique ».

Cette étude, effectuée sur un total de 3 millions de personnes (plusieurs études en une), a été menée en 2015 par la Brigham Young University. Elle relève que les effets de la solitude (à long terme) sur l’organisme seraient comparables aux dommages causés par la cigarette. 
L’étude révèle également que l’interaction sociale permet de réduire de 50 % les risques de mort prématurée. D’après plusieurs médecins ayant travaillé sur le sujet, la solitude aurait un impact direct sur la production de cortisol, des hormones du stress et du fonctionnement du système immunitaire.
De plus, par extension, les connexions sociales permettraient de maintenir un niveau d’exercices suffisants et de manger convenablement.
L'objectif n'est pas ici de vous inciter à fumer (loin de là), mais plutôt de prendre conscience de l'importance de vivre en communauté. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

-