Nous pourrions penser qu'en tant qu'Européens et Européennes, les droits de la femme sont (à peu près) respectés.

Que nenni ! Il suffit de faire quelques heures d'avion pour mettre les pieds dans un pays où l'accessibilité à la contraception est difficile, et où l'avortement est synonyme d'emprisonnement.

L'Irlande justement, il a fallu attendre jusqu'en Décembre dernier pour que l'avortement soit légalisé (jusqu’à 12 semaines, ou dans les cas de "risque pour la vie", ou de "grave danger pour la santé" de la femme enceinte). Mais avant cela, ces femmes pouvaient risquer la prison à perpétuité ! 

Mais concernant d'autres pays, les mentalités et les lois n'évoluent pas : 

- En Turquie, les femmes ont besoin de l'autorisation d'une tiers personne pour mettre fin à leur grossesse.

- En Pologne, l'accès à la pilule du lendemain a été durci, il est possible de se la procurer seulement sur ordonnance.

- Et tenez vous bien, en Italie, à quelques kilomètres seulement de la France, 70% des médecins refusent d'avorter une femme par "clause de conscience"...

Et d'autres pays sont concernés : l'Arménie, la Géorgie, la Slovaquie, la Russie, la Macédoine... 40 pays sur 47 ont un accès à l'IVG compliqué.

Pour conclure, même en France, les campagnes de fausses informations sur l'IVG perdurent...

Enjoy,

Les Éclaireuses

  

via GIPHY