La famille des matières grasses végétales s’agrandie d’années en années.
La petite nouvelle en matière de corps gras « sain », c’est l’huile de coco. Le plus souvent commercialisée sous forme solide, en pot, elle fait l’unanimité chez les amateurs d’arômes aux accent tropicaux.

L’huile de coco fait partie de la famille des matières grasses de « constitution ». Elle est inhérente à un aliment brut.
En effet, l’huile de coco est extraite des copeaux du fruit frais à l’inverse de l’huile de coprah elle, extraite des copeaux du fruit sec. C'est pour cela que l’huile de coprah est par essence moins odorante.

Voici quelques arguments pour commencer ou continuer à utiliser cette huile végétale venue d’ailleurs.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Atout « healthy »
Source : Pinterest

Gare aux personnes qui vous direz que cette nouvelle huile « healthy » est amaigrissante. Il ne faut pas pousser non plus ! Bien qu’issu d’un fruit, cette huile reste un corps gras.
En revanche, elle n’est pas pourvu de l'acide gras le plus redoutable pour votre tissu adipeux, l’Acide Palmitique. En d'autres termes, à haute dose elle n'est pas idéale mais loin d'être pire que tout. On l'utilise avec modération.  

Rappel : les AGS (athérogènes) doivent représenter 8% de vos Apports Énergétique Totaux sur la journée.

 

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

2. Résistance à la chaleur
Source : paleotreats

L’huile de coco « extra vierge » supporte les hautes températures. Contrairement à l’huile de colza ou de noix, parfaites en vinaigrette, l'huile de coco ne se dénature pas face à la chaleur d’une poêle. Elle s'avère même plus résistante que l'huile d'olive.

Riche en vitamine E et en agents anti-bactériens, l’huile de coco vous protège des infections intestinales.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

3. Riche en Acides Gras Saturés
Source : zestvip

La noix de coco fraîche est riche en Acide Laurique. Bien que saturé, cet acide gras est connu pour sa capacité à augmenter notre production naturelle de bon cholestérol (HDL).
À savoir que le taux de cholestérol est considéré comme optimal lorsque les taux de bon (HDL) et de mauvais (LDL) cholestérol sont proportionnels. D’où l’importance de consommer de préférence de l’huile de coco et non de l’huile de coprah issue de copeaux séchés. Une fois séchés, les copeaux de noix de coco perdent de leur teneur en Acide Laurique.

 

4. Conservation longue
Source : Andee Layne

L’huile de coco peut être conservée 6 mois et plus à température ambiante et jusqu'à 1 an au réfrigérateur à l’abri de la chaleur. Un détail parlant sur la rentabilité des petits pots d'huile de coco légèrement onéreux tout de même. 

 

Photo de couverture : cocoparadise.com