Si l’on fait le bilan de tout ce que l’on a pu donner et de (tout) ce que l’on a reçu en retour, le résultat est tout à fait déséquilibré et tout ce que l’on peut retenir, c’est que finalement, on est juste blessées.

De nature joviale, généreuse et spontanée, pour nous, donner aux autres s’assimile à quelque chose de tout à fait naturel, pourtant, il y a bien une partie de la population pour qui, a priori, c’est tout sauf une lubie !

Si, à la base, on ne fait pas ça dans l’attente d’un « retour obligé », le fait de ne jamais avoir le retour escompté a clairement tendance à nous fatiguer et à nous faire tout simplement perdre foi en l’humanité.

Le temps est venu de se protéger en arrêtant de donner sans compter parce que les comptes ne sont pas bons (Kevin) et ça a assez duré !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Comment savoir si on donne trop ?

-

Il est très simple de le savoir : si donner nous épuise et nous rend tristes, que nous n’y voyons que désillusion et déception, et que le plaisir d’aider s’est transformé en charge, c’est qu’il y a forcément un problème quelque part.

 

2. Pourquoi attendons-nous trop des autres ?

-

Nous attendons trop des autres parce que nous sommes prêtes à donner beaucoup plus. Nous aimerions qu’ils nous renvoient la balle avec autant de sentiments, d’enthousiasme et d’envie que nous le faisons et finalement, nous sommes souvent déçues parce que le retour n’est pas à la hauteur de ce que nous imaginions.

 

3. Pourquoi ne devons-nous pas tomber dans les extrêmes ?

-

Nous ne devons plus tomber dans les extrêmes au risque de nous oublier nous-mêmes. Nous devons prendre l’habitude de ne pas toujours prioriser les autres et de penser à nos propres besoins en priorité. Ne nous négligeons plus et n’oublions pas de nous chérir chaque jour.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Comment donner peut-il aussi nous aider ?

-

Donner est humain et donner de manière raisonnée peut également nous aider à nous sentir bien. Tout est question de dosage. Nous devons juste apprendre à connaître nos propres limites et à ne pas les dépasser pour ne pas nous abîmer.