Il ne faut pas confondre intolérance et allergie. Si l'un a des effets visibles et notoires en suivant l'ingestion de certains aliments, pouvant mettre en danger la vie d'une personne en cas d'allergies trop graves, l'autre va seulement provoquer un inconfort, des troubles digestifs qui vont légèrement (à modérément) perturber le quotidien. 

Mais, quand le ventre ou les intestins sont perturbés, c'est tout le corps qui trinque. On surnomme nos intestins, à juste titre, le deuxième cerveau. Ce qu'il se passe lors de la digestion a une influence sur le bon fonctionnement de tout le reste. Un intestin stressé, irrité ou trop sollicité peut venir provoquer d'autres maux, encore plus inconfortables.

Il est parfois difficile de se rendre compte d'une intolérance alimentaire, bien souvent, on mange par habitude et il est très rare de changer drastiquement son alimentation sur un coup de tête. Pourtant, il est tout à fait possible que vous consommiez certains aliments depuis des années sans pour autant les supporter. Les symptômes sont plutôt variés et vont de la simple digestion difficile aux troubles intestinaux. 

Découvrez 8 aliments auxquels vous êtes susceptibles d'être intolérants sans forcément le savoir. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1) Le lactose, le "grand méchant" de l'alimentation

-

Si, en Europe, on est très pro-produits laitiers, ils ne sont pas forcément essentiels dans notre alimentation. En fait, il semblerait que près de 20% de la population soit intolérante au lactose en France. Qu'est-ce qui est responsable de cette intolérance ? L'absence d'une enzyme dans l'estomac (qui disparaît généralement après "sevrage" dans la petite enfance) qui permet de digérer le lait. L'absence de cette enzyme rend alors la digestion très difficile et plutôt désagréable.

Avec un simple test à l'hôpital, vous pouvez rapidement savoir si vous êtes tolérant ou non au lactose. Si l'intolérance est avérée, il faudra dire adieu aux produits laitiers (et même au fromage), mais vous sentirez nettement la différence côté estomac.

 

2) Les œufs, l'ennemi de l'ombre

-

On ne parle que très rarement de l'intolérance aux œufs, pourtant, elle est bien réelle. Elle complique d'ailleurs énormément la vie, car des œufs, il y en a peu près partout. Globalement, si vous avez des symptômes comme de la nervosité, des douleurs articulaires, des maux de tête, des ballonnements, des nausées... après la consommation d'œufs ou de produits contenant des œufs, il est possible que vous cachiez une intolérance. Notez les différents symptômes pour en parler à votre médecin.

 

3) Le gluten, l'intolérance trendy 

-

C'est l'intolérance star, le gluten est pointé régulièrement du doigt pour sa nocivité. Mais il y a une raison à ça. Si l'humain a toujours mangé du blé, la modernisation des cultures et la transformation des semis ont donné naissance à du blé beaucoup plus chargé en gluten. S'il est digéré lorsqu'il est en petite dose, les taux actuels sont devenus tels que de nombreux organismes rejettent ce "trop plein" de gluten. 

L'intolérance au gluten se manifeste de plusieurs façons. Il y a d'abord les symptômes digestifs : ballonnements, gaz, diarrhées, constipation... Mais on peut aussi trouver, dans certains cas, de la fatigue extrême, un manque de fer, des aphtes à répétition...

Si vous pensez être intolérant au gluten, demandez à un gastro-entérologue (consultable en physique ou en téléconsultation) de vous prescrire un test pour savoir s'il y a réellement une intolérance au produit. 

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4) L'arachide, le super aliment pas si super

-

Si l'arachide est connue pour avoir une valeur nutritive élevée, ce n'est pas pour autant qu'elle convient à tout le monde. Il s'avère que les protéines contenues dans cette légumineuse sont parfois difficiles à digérer pour certaines personnes. L'intolérance peut même s'intensifier si le produit est chauffé, alors prudence. Restez toujours à l'écoute de votre corps après manger pour vous rendre compte du moindre changement. Déceler une intolérance rapidement peut éviter de nombreux désagréments.

 

5) Les fruits de mer, une intolérance relativement courante

-

S'il y a de nombreuses personnes qui ne consomment pas de fruits de mer par choix, il y a également une catégorie de personne qui donnerait tout pour manger une huître sans tomber malade. Les intolérances aux fruits de mer sont relativement impressionnantes, elles peuvent même provoquer des crises de vomissement après consommation. C'est une intolérance qui peut se manifester n'importe quand, si bien que de nombreuses personnes, ayant consommé des fruits de mer pendant des années, ne peuvent plus en avaler du jour au lendemain. La responsable de cette réaction ? Une protéine appelée histamine.

 

6) Les fruits à coque

-

S'il est assez courant de trouver des personnes allergiques aux fruits à coque, de nombreuses personnes y sont également intolérantes. Après consommations, si vous constatez des troubles digestifs ou l'apparition d'aphtes après consommation, prenez garde, vous cachez peut-être une intolérance.

7) Le poisson peut aussi être source d'intolérance

-

Certains poissons peuvent être difficiles à digérer pour certaines personnes, comme le thon, le maquereau ou les sardines. C'est la même protéine responsable de l'intolérance aux fruits de mer, l'histamine, qui peut provoquer des réactions indésirables suite à la consommation

 

8) Le soja, une protéine qui se cache partout

-

Très utilisé dans les produits industriels ou dans l'alimentation des animaux destinés à l'abattage, le soja peut être une source de désagrément pour les personnes qui ne supportent pas la protéine. Souvent modifié génétiquement, le soja peut être très difficile à digérer par le système digestif humain. Si vous avez régulièrement des désagréments suite à la consommation de produits industriels ou à base de soja, il est conseillé d'en parler à votre médecin pour en avoir le cœur net.