Depuis quelque temps, cette nouvelle appellation fleurit dans les salons de thé à la mode.

Mais alors qu’est ce que c’est, le Rooibos ? Un thé rouge, un thé sans théine, une infusion, un mélange de feuilles vierges ? Les spéculations sur la nouvelle boisson aromatique vont bon train.

La team Healthy est parti jusqu’en Afrique du Sud, là où le Rooibos pousse de manière sauvage, mais aussi de manière cultivé depuis les année 30, pour répondre à cette question.
Vous rêvez de savoir quelles sont les origines de cette ancestrale boisson rouge, ses bienfaits sur votre corps voire imaginer son arôme si vous ne l’avez jamais goûté ? Les réponses vous attendent patiemment.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Histoire du Rooibos
Source : L.Puset

À l’origine, le Rooibos est un arbuste sauvage qui pousse uniquement dans les montagnes du Cederberg africain. Une région reculée, à plusieurs heures de route de la ville de Cape Town (Le Cap). Cet arbuste fait partie intégrante de ce qu’on appelle « le royaume floral du Cap » : le Fynbos.
Le Rooibos ne pousse dans aucune autre région du monde pour des raisons purement naturelle. Cet arbuste a su s’adapter à son environnement unique dont les températures oscillent entre 6 et 50 °C selon les saisons.

Le Rooibos est ce qu’on appelle une « plante endémique » (=native d’une région déterminée).

 

2. De l’état sauvage à l’état cultivable
Source : L.Puset

Au départ, le Rooibos était utilisé en infusion par les Bushman (ou Khoisan), la première ethnie de « chausseurs-cueilleurs » des montagnes du Cederberg. Le Rooibos, ayant pour particularité de s’autosuffire, est très facilement cultivable, car il ne nécessite aucun entretien.

En effet, l’arbuste a développé aux fils des siècles, la capacité de se régénérer et surtout de provoquer leur propre germination via des feux spontanés. C’est d’ailleurs cette réaction absolument incroyable, d’embrasement naturel et prémédité qui a donné du fil à retordre aux chercheurs avides de dompter et de cultiver cette plante. Il a fallu attendre 1920 et le docteur Noitier qui, en scarifiant des plantes et en croisant de 2 types de Rooibos (il en existe 7), a réussi à rendre la plante cultivable.

C’est la naissance du premier Rooitea.

 

3. Rooibos ou thé rouge ?
Source : L.Puset

Outre l’embrassement spontané dont est capable cette plante surprenante, le Rooibos, qui est vert à l’origine, devient rouge quand il « fane ». Et en Africaans (la langue locale), « Rooibos » signifie « buisson rouge ».

L’amalgame avec le thé s’est installé, quant à lui, via l’anglais (l’autre langue parlée en Afrique du Sud). Comme dit précédemment, le premier Rooibos cultivé et commercialisé était surnommé le « Rooitea », car dans la langue anglaise, on ne distingue pas le thé, de l’infusion. Une habitude qui s’est ensuite ancrée dans le temps alors que le Rooibos n’a rien du thé.

 

4. Bienfaits du Rooibos
Source : L.Puset

Le Rooibos en boisson détient 2 grands axes d’action bénéfiques sur notre organisme.

Le premier est digestif.
Dès son industrialisation dans les années 1950 où il atteint en premier l’Allemagne puis bien plus tard (1980) le Japon et les États-Unis, ses vertus digestives sont prouvées. On isole la molécule apaisante qui fera du Rooibos la star de boisson healthy : l’aspalatine.

Pour résumer, l’aspalatine est au Rooibos ce que la théine est au thé. À ceci près que la théine détient des vertus excitantes, là où l’aspalatine, elle, est apaisante pour l’organisme.

Oui, vous pouvez boire du Rooibos avant de vous coucher !

Le second est dermatologique.
Problèmes d’eczéma, d’acné, de zona ? Le Rooibos pourrait devenir votre nouvel allié. Même si le boire sera efficace, l’appliquer en cataplasme le sera encore davantage !

Cela fait plus de 10 ans que le Rooibos a débarqué en France. Que vous soyez amatrice ou bien seulement curieuse, il est temps d'y céder. Et pour ça, la team vous a fait une petite sélection du meilleur Rooibos « gourmet » qu’elle a pu trouver. 

 

Let’s Shop !