De plus en plus en vogue, la pratique de la Pole dance fait parler d’elle. Ce sport, encore très connoté, croule sous les a priori dont il ne parvient pas lui-même à s’extirper.

La team Healthy a décidé de donner un coup de pouce à cette activité qui mérite d’être connue sous un nouvel angle. Il est important de rappeler que chaque danse détient ses codes et la Pole dance, elle, n’en arbore pas qu’un.
Il existe à peu près autant de manières de pratiquer et d’enseigner la Pole dance qu’il existe de poleuses. Tendance tropicale, talons démesurés, haute voltige ou encore drop session, le choix est entre vos mains !
Maintenant, c’est le moment où l’on démonte les 8 (pires) mythes sur la Pole dance.

Attention, ça va saigner !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. "C’est vulgaiiiiire"

La vulgarité n’a de cesse d’être associée à tord à la Pole dance. Peu importe la danse pratiquée, la « vulgarité » (une notion tout à fait subjective !) émane de la danseuse et pas de la danse en elle-même.
Chaque poleuses détient son propre style. Certaines sont empruntes d’un genre très classique, d’autres très sensuel voir érotique, mais votre « art » vous appartient.
Et si vous n’êtes pas vulgaire, votre danse ne le sera pas non plus.

 

2. Il faut être une grande sportive

La différence entre une poleuse débutante et une poleuse confirmée, c’est la force. La meilleure enseignante du monde peut s’évertuer à vous montrer comment faire un drapeau à la perfection, si votre sangle abdominale, vos épaules et vos bras ne sont pas assez musclés, vous ne tiendrez pas.

Avez-vous la prétention de réaliser un drapeau en 3 semaines ? Non.

Nous voilà donc d’accord. Chaque sport nécessite son lot d’endurance, de persévérance et de force. Mais AUCUN sport ne demande une force herculéenne dès le début.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

3. Ça développe trop les bras

Au commencement de votre pratique, l’intégralité du corps est rarement engagée.
Pour faire simple, vous tenez grâce à vos jambes ou à vos bras. Vous constaterez d’ailleurs rapidement où vous vous sentez la plus à l’aise. Mais malgré cela, il est important d’axer son travail tantôt sur des figures qui engagent le bas PUIS sur des figures qui engagent le haut de votre corps, histoire de se muscler uniformément.

 

4. Il faut être à l’aise avec son corps

Être à l’aise avec son corps est loin d’être une évidence pour tout le monde. Et c’est loin d’être un problème ici, au contraire.

Nombreuses sont les jeunes (et moins jeunes) femmes qui commencent la Pole dance pour renouer avec leur féminité. Et la « féminité » est le mot tout à fait approprié pour cet exercice de souplesse et d’élégance qu’est la Pole dance.
Alors si votre reflet vous a toujours déplu ou qu’avec les années il s’est altéré, c’est le moment de renouer avec le sentiment de se sentir belle et désirable. Et quel meilleur allié dans ce combat que la Pole dance ?

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

5. C’est une pratique solitaire

Encore une fois, tout dépend de votre propre vision et votre propre lieu de pratique. Mais comme chaque sport, il existe une communauté qui gravite autour de cette activité aérienne.
Et même si vous êtes seule sur la barre la plupart du temps, la joie et la motivation, apportées par votre copine de combat qui réalise son premier « superman », n’ont pas de prix. Alors non, ce n’est pas une pratique solitaire, mais plutôt singulière.


6. Ce n’est accessible qu’aux filles minces

La seule chose qui peut faire qu’une barre de Pole cède, c’est le fait de l’avoir mal fixée. Point à la ligne.
Et si votre poids ne vous permet pas (au départ) de vous tracter vers le haut de la barre, il existe un tas de mouvements au sol dit « d’attitude », largement accessible.


7. On se déshabille

Une salle remplie de filles en tenue affriolante et juchées sur des talons de 15 cm, c’est une vraie chimère ! Cela existe, pour sûr, mais c’est loin d’être une généralité. Lors de votre premier cours, on vous demande de venir en short et en débardeur.
Les « polewears » ne viennent qu’ensuite et encore une fois, libre à vous de garder votre brassière de sport habituelle et votre short tout ce qu’il y a de plus classique. 
Il est temps, une bonne fois pour toutes, d’arrêter de confondre le strip-tease et la Pole dance. 

À moi le ventre plat | Les Éclaireuses : Mode, tendances et inspirations

8. Ça fait mal

Alors ça, ce n’est pas vraiment un mythe... Si vous êtes sportive, vous connaissez déjà la désagréable sensation des courbatures. Si vous ne l’êtes pas, vous allez rapidement la découvrir.
Mais ici, une nouvelle douleur s’acharne. Le travail de gainage permanent va générer des courbatures plus profondes. Sans parler des multiples bleus et équimoses qui apparaitront sur vos jolies gambettes (bras, côtes, fesses…).
MAIS (oui il y a un « mais »), la douleur s’estompe.

Même si vous êtes la plus douillette de vos copines, la barre peut devenir en quelques semaines, votre terrain de jeu préféré.
Promis !