Pour beaucoup de personnes, les cheveux gris sont synonymes de vieillesse, de manque de soins.

Mais, il est important de noter que les cheveux blancs et gris peuvent arriver à tout âge. Les cacher est le premier réflexe : colorations, spray, tous les moyens sont bons pour cacher ces invités indésirables ! Mais ce n'est pas une fin en soi ! 

Cependant, il y a des femmes qui, après un processus d'acceptation, ont décidé de partager leurs histoires avec fierté sur un compte Instagram appelé Grombre

La plupart disent que leurs cheveux gris ne définissent pas qui elles sont. Au contraire, c'est juste un symbole de la richesse et de la diversité de la féminité.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Les cheveux gris, une fierté ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

 
"J'ai remarqué des cheveux gris à la fin de mon adolescence, mais je n'y pensais pas beaucoup à l'époque. Dès que j'ai eu trente ans, 2 enfants, des cheveux gris poussaient un peu partout sur ma chevelure. J'ai commencé à les teindre mais je m'apercevais que cela ne durait qu'une semaine ou deux au plus. Je n'avais tout simplement pas la patience pour ce genre d'entretien, alors j'ai décidé de laisser la nature reprendre son cours. Même si parfois j'ai du mal à les accepter, aujourd'hui, le gris fait partie de ma vie. Mon mari refuse aussi la teinture car il aime cette partie de moi".

 

2. Ne plus avoir honte de ses cheveux gris !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"Il y a 3 ans, j'ai eu une intoxication aux métaux lourds présents aussi bien dans l'alimentation que dans l'environnement qui nous entoure. J'ai eu quelques problèmes liés à cette contamination : une faiblesse sévère dans mes bras et mes jambes, des douleurs et des problèmes d'équilibre pour n'en nommer que quelques-uns. On m'a dit de faire une cure de désintoxication complète et il a été recommandé que j'arrête d'utiliser la coloration pour les cheveux. Dès lors, mes premiers cheveux gris sont apparus. Je voulais vraiment faire tout ce que je pouvais pour essayer de me sentir mieux, alors j'ai arrêté de colorer les mèches grises. J'étais assez déprimée. Mes cheveux étaient à moitié gris et à moitié bruns avec des reflets. 3 ans plus tard, je suis vraiment très contente de ce gris. Je reçois beaucoup plus de compliments sur mes cheveux que lorsqu'ils étaient colorés. Et c'est tellement une liberté de ne pas les colorer. J'ai presque 57 ans et je suis authentique. J'ai tout accepté, ce fut tout un voyage, mais j'aime mes cheveux gris et je ne retournerai plus jamais aux colorations."

 

3. J'ai des cheveux gris et alors ? 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"J'ai actuellement 24 ans. J'ai trouvé mon premier cheveu gris quand j'avais 11 ans. Mais ma mère m'a récemment dit qu'elle avait trouvé mes premiers cheveux gris quand j'avais 8 ans ! Depuis février 2020, je les assume pleinement et je ne vois pas pourquoi je devrais les combattre. À mes 17 ans, je les teignais tous les mois pour les camoufler, mais aujourd'hui, c'est terminé et je suis bien plus belle et heureuse comme cela."

 

4. À 12 ans, j'ai eu mes premiers cheveux gris !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"Ma mère a trouvé mes premiers cheveux gris quand j'avais 12 ans (je ne savais même pas que c'était possible !!) Elle m'a toujours prévenue que je pourrais devenir totalement grise plus tôt que la plupart, mais je n'aurais jamais imaginé que je le serais si jeune. En vieillissant, les mèches grises tout en haut de ma tête sont devenues de plus en plus difficiles à couvrir. Ma charmante coiffeuse m'a convaincu de les accepter et j'ai arrêté de couvrir mes cheveux gris à 24 ans. J'apprends à l'adopter de plus en plus chaque jour. Bien que je reçois souvent des critiques, j'en suis fière aujourd'hui."

 

5. J'assume mes cheveux blancs et je me sens mieux dans mon corps ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"Bonjour, je suis Jaqueline Bergrós, 30 ans, comédienne musicale allemande. J'ai eu mes premiers cheveux gris à l'âge de 18 ans. À ce moment-là, je n'y pensais pas trop. À 21 ans, j'ai commencé à colorer mes cheveux régulièrement. À 25 ans, je devais le colorer toutes les 3 semaines. On m'a toujours dit que j'étais trop jeune pour les cheveux blancs. Plus je colorais mes cheveux blancs, plus vite ils étaient à nouveau visibles. Aujourd'hui, je sais : mes cheveux blancs veulent être vus. Le 5 mars 2020, j'ai coloré mes cheveux pour la dernière fois et j'ai décidé que ma santé était plus importante pour moi que d'avoir les cheveux bruns. Je ne veux plus me cacher et m'enfermer dans une cage. J'avais très peur de me montrer, surtout pour les réactions négatives. Depuis que j'ai laissé pousser mes cheveux gris, j'ai reçu d'innombrables compliments et une grande admiration."

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

6. Aimer ses cheveux gris, c'est s'aimer soi-même ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"Salut tout le monde ! Je m'appelle Alex et depuis juin 2017, j'ai arrêté de teindre mes cheveux blancs. J'étais ravie de faire ce voyage d'acceptation et de voir qui je deviendrais et à quoi je ressemblerais avec les cheveux gris. Cela a été une aventure fabuleuse jusqu'à présent. Accepter mes cheveux gris a été très stimulant et libérateur. J'ai appris à accepter et à aimer mes imperfections. Ma devise, c'est que l'imperfection est la perfection."

 

7. J'ai 39 ans et j'ai les cheveux gris !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"Après avoir eu mes premiers cheveux gris à 16 ans, j'ai décidé il y a un an de devenir naturelle après avoir teint mes cheveux pendant des années. À 35 ans, j'avais des problèmes de santé mentale, devenir naturel fait partie de mon processus de guérison pour vraiment m'accepter et m'aimer pour qui je suis. J'ai 39 ans maintenant, je suis très fier de moi et je peux dire que je vais bien."

 

8. Depuis que j'assume mes cheveux gris, je suis en parfaite harmonie avec moi-même ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"J'ai commencé mon voyage vers l'acceptation de soi il y a plusieurs années. Mon mari et moi avions une conversation informelle sur les femmes aux cheveux gris... Il a dit qu'il n'était pas fan. Bien sûr, c'est le jour où je me suis engagée à laisser pousser mes cheveux blancs ! Haha ! J'ai commencé à avoir des mèches blanches, grises à 16 ans ! Il était donc temps d'arrêter de jeter tous ces produits chimiques sur ma tête. Mes cheveux n'ont jamais été aussi sains ! J'aurais aimé le faire plus tôt. Pas de regrets !"

 

9. J'aime mon look capillaire gris

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"J'ai l'impression qu'il y a une règle qui explique qu'il ne faut pas avoir les cheveux gris... que ce n’est pas beau à voir, qu'il faut les soigner, les camoufler. Mais j'ai décidé d'en faire qu'à ma tête, de les aimer, de les assumer, de les montrer aux yeux de tous. J'aime mon look capillaire gris !"

 

10. Je pensais être trop jeune pour avoir les cheveux gris ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Going grey with (grohm)(bray) (@grombre)

"J'étais trop jeune pour avoir une chevelure grise, j'étais trop gênée, j'avais l'air trop vieille et je m'inquiétais trop de ce que les autres pensaient. Ce sont les doutes et les craintes qui m'ont poussée à colorer mes cheveux toutes les 3 semaines. Mais en réalité, j'adorais voir des femmes aux cheveux gris naturels, elles m'inspiraient et je rêvais du courage de franchir cette étape. Pendant 3 ans, j'ai pesé tous les points positifs et négatifs qui découleraient de la libération de mes racines jusqu'à ce que je sois fatiguée d'y penser. Je voulais que toutes les femmes se sentent à l'aise dans leur peau, avec leurs cheveux, et pourquoi pas moi aussi. Les cheveux ne définissent pas qui nous sommes."