Paulina Porizkova nous prouve (malheureusement) que même un mannequin peut faire l'objet de remarques sur son physique et peut être victime de bodyshaming.

Dans une société où l'on prône la diversité et le body positive, il semblerait qu'il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et ce ne sont pas les mannequins qui nous diront le contraire, eux-mêmes ne sont pas épargnés par les remarques et réflexions désobligeantes sur leur apparence.

Paulina Porizkova en a fait l'amère expérience tout au long de sa carrière. Au cours d'un entretien accordé au Women's Wear Daily, le mannequin a révélé qu'après son divorce avec le chanteur Ric Ocasek, elle s'était sentie invisible, qu'à cause de son âge, elle se sentait "ignorée" et plus à sa place au sein de la société. 

Et dernièrement, le top-modèle a découvert une vidéo, aujourd'hui supprimée fort heureusement, dans laquelle on voit un chirurgien esthétique passer en revue son visage et expliquer en détail les zones qui auraient besoin de botox ou de lifting.

Une longue période particulièrement difficile pour Paulina Porizkova qui l'a rendue plus forte aujourd'hui : "Je suis beaucoup plus intelligente. J'ai plus de patience. Je suis plus curieuse intellectuellement. Je suis plus généreuse. Tout en moi est meilleur. Mais j'ai des rides et cela ne me rend pas laide." 

Enjoy,

Les Éclaireuses

1. Elle aime prendre soin d'elle, de manière naturelle 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paulina Porizkova (@paulinaporizkov)

Pour prendre soin d'elle et de sa peau, Paulina Porizkova pratique le yoga facial, elle fait quelques séances de laser et utilise des soins à base d'oxygène. "Je veux juste une petite aide subtile. Je ne veux pas de choses drastiques. Je ne veux pas effacer mon âge. Je veux juste être aussi belle que possible compte tenu des limites", raconte-t-elle lors d'un entretien accordé au magazine américain Women's Wear Daily. 

Hors de question pour le mannequin d'avoir recours au botox pour camoufler les signes de vieillissement. "J'aime vraiment le fait que je puisse avoir une conversation avec vous et que je puisse réagir à ce que vous dites et vous saurez exactement ce que je pense", explique-t-elle. Il s'agit bien là d'une référence à l'immobilisation des muscles du visage provoquée par les injections de botox.

"Ce que je pense est clairement visible sur mon visage et, n'est-ce pas à cela que servent les visages ? Communiquer ? La communication est pour moi plus importante que d'être belle à ce stade, donc je ne veux pas enlever ça." 

2. Sur les réseaux, elle dénonce les jugements subis par les femmes qui, comme elle, s'assument avec quelques rides en plus

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paulina Porizkova (@paulinaporizkov)

Cet été, le mannequin a posté une photo d'elle à la plage sur laquelle elle se trouvait plutôt jolie (cette photo ci-dessus), et cette même photo a été utilisée par un chirurgien pour "dire ce qui devait être refait sur son visage".

Un à un, chaque argument du chirurgien a été repris par Paulina Porizkova. "Les creux sous ses joues", selon lui "pourraient être éliminés avec des produits de remplissage, du botox sur son front, sur ses rides à côté de sa bouche et sur les traits dans le cou". Avec ce post, le top-modèle tient à dénoncer l'injonction à "bien vieillir" que peuvent subir les femmes, arrivées à un certain âge.

Pour elle, une femme âgée doit régulièrement faire face à certaines remarques déplacées. "On me dit que mon visage a besoin d'être "réparé". Qu'il a, en quelque sorte, "mal tourné en vieillissant", dit-elle. Faut-il s'étonner que la plupart d'entre nous qui en ont les moyens aient recours à certaines formes de réparation de ce que l'on nous dit être cassé ?"

Effectivement, le mannequin, qui a pu subir de la chirurgie esthétique plus jeune, le regrette aujourd'hui. "J'aimerais trouver un équilibre entre la fierté de faire mon âge et le fait de me sentir belle de temps en temps. Dans mon travail, je suis confrontée à mon propre visage dans des détails presque artificiels, et même si j'ai fini par en accepter la plupart, j'ai encore du mal à tout accepter."

rejoignez la communauté Facebook des éclaireuses

3. Fier de son âge, le mannequin parle d'une injonction à "bien vieillir"

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Paulina Porizkova (@paulinaporizkov)

Régulièrement, le mannequin utilise ses réseaux pour dénoncer le jugement constant de la société sur l'apparence physique des femmes et appelle à plus de bienveillance. 

Malgré cela, l'ex-top doit encore trop souvent faire face à des commentaires malveillants sous ses publications, mais heureusement, cette dernière a une stratégie bien à elle que chacun devrait essayer d'appliquer : "Si j'étais assise avec cette personne dans une pièce et qu'elle me disait cela, comment répondrais-je ? Je veux dire, je ne partirais pas. Ce n'est même pas une question de logique pour eux, mais j'essaierais de comprendre d'où ça vient. Pourquoi dites-vous ça ? Qu'est-ce qui vous permet de dire cela ? Qu'est-ce qui vous fait penser que c'est OK de dire ça ? Cela me pousse à écrire ensuite des posts sur d'autres choses", détaille-t-elle au magazine américain Women's Wear Daily.

 

Tags : mannequin, rides, 50 ans et alors , BodyGlory