Après le monde de la mode, le monde de la beauté, c'est au tour de l'univers du ballet d'accepter la diversité

L'Opéra de Paris a pris une grande décision pour aller de l'avant et prôner l'inclusivité. Alexander Neef, le directeur de l'Opéra de Paris, a revu les règles en vigueur qui mettent en avant le blackface, le yellowface, et le brownface et a décidé de les enlever. Avec ces pratiques jugées racistes, le directeur de l'établissement vieux de 352 ans a exprimé, lors d’une conférence de presse, que le changement était nécessaire.

Mais concrètement, qu'est-ce que cela veut dire ? Le maquillage stéréotypé sera abandonné sur toutes les productions, ainsi, blanchir la peau ou la rendre plus jaune ou brune pour évoquer une certaine population ne sera désormais plus réalisé. Les spectacles vont également ne plus être censurés, le nouveau directeur confirme la suppression de certains titres problématiques, comme “La danse des négrillons”, rebaptisée en 2014 “La danse des enfants”. 

De plus, le recrutement devra également être modifié en changeant le concours d’entrée de l’École de danse et élargir les processus de recrutement et de sélection des artistes. 

C'est le "début d’un processus qui va durer dans les années à venir, rappelle le directeur Alexander Neef. Les effets ne seront visibles que d’ici cinq, dix voire quinze ans. Ce n’est pas une question de calendrier mais de culture qu’il faut établir au sein de l’établissement." De plus, il affirme que tous les stéréotypes vont être identifiés pour permettre de faire face à la discrimination dans le monde du ballet et de l'art en général.

Depuis trois siècles, les mentalités ont beaucoup changé et certaines pratiques ne peuvent plus rester en place, c'est pour cela que les plus grands monuments décident de changer leurs règles et de montrer, à travers l'art, toutes les populations. 

Enjoy,

Les Éclaireuses