Girl boss spotted !

"Je le vaux bien", "je suis belle", "je peux le faire", "je me sens bien", "rien ne m'arrête", "je suis douée", "je crois en moi", "j'aime mon corps"...

Voilà les mini déclarations d'amour de vous à vous-même que vous méritez d'entendre pour réveiller la Boss Lady qui sommeille en vous. Le temps des doutes est révolu, jamais plus la pression de standards n’étouffera notre confiance en nous : pinky swear ! 

Notre corps a besoin d'amour, de bisous, de câlins tous les jours... et de mots doux ! Il nous aime certainement bien plus que n'importe qui : qui d'autre ferait tout ce qu'il fait pour nous ? Il n'est pas parfait, mais il est unique et c'est justement ce qui le rend beau. Soyons réalistes, si la perfection était à notre portée, ne perdrait-elle pas toute sa valeur ? 

Ladies and ladies, nous avons une grande nouvelle. Notre radar à Girl Boss s’est fortement activé en Haïti pour vous présenter une femme qui bouscule les codes : Júlia Del Bianco !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Qui est Júlia Del Bianco ?

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Júlia Del Bianco (@judelbi)

Júlia Del Bianco est une danseuse qui a consacré plus de 30 ans à la danse et à tout ce qui s'y rapporte. Elle est également diplômée en danse de l'Université de Campinas (Unicamp) à São Paulo, Brésil. Elle a également lancé "Dance For Plus", où elle propose des cours de ballet à tous ceux qui souhaitent les suivre, quelle que soit leur forme de corps, en mettant de côté tous les stéréotypes imposés par la société.

Elle ajoute au média Brightside : "J'ai commencé quand j'avais à peine 3 ans, j'étais encore à la maternelle. Puis, quand j'ai eu 6 ans, je suis allée dans une académie de danse spécialisée. Aujourd'hui, j'ai 33 ans, ce qui fait 30 ans d'expérience en danse au total. J'ai toujours dansé et j'ai toujours voulu danser. Je ne me souviens pas avoir consciemment choisi le ballet ou même avoir pensé devenir danseuse parce que, pour moi, c'était une sorte de chose évidente à faire, j'ai toujours voulu le faire."

 

2. Quelle est l'histoire de Júlia Del Bianco ?

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Júlia Del Bianco (@judelbi)

Si la danse a toujours fait partie intégrante de sa vie, les diktats de la société lui ont souvent mis des bâtons dans les roues. "Mais à l'adolescence, la façon dont j'ai été traitée a changé parce que même si j'étais mince, je ne relevais pas de la catégorie du "corps de ballerine". Mon corps était plus courbé que ce que les gens s'attendaient à voir. Ils se concentraient sur le fait que je n'avais pas le corps idéal, alors à un moment donné, j'ai aussi pensé que je n'étais pas assez bonne danseuse. Je ne me sentais même pas digne de saisir les opportunités qui se présentaient à moi parce que je n'avais pas le corps que les gens attendaient de moi." 

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

3. Comment a-t-elle surmonté ses épreuves ? 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Júlia Del Bianco (@judelbi)

Forte heureusement, elle a continué à poursuivre ses rêves, et avec le temps, elle est parvenue à prouver au monde qu'elle était capable de danser comme n'importe qui d'autre. "De telles restrictions sur l'apparence d'une personne nous empêchent de penser à la danse comme quelque chose qui peut être fait pour le plaisir ou pour s'amuser". 

Júlia a depuis créé sa propre école de danse qu'elle a ouverte il y a quelques années. "Lorsque j'ai commencé à publier mes photos et mes vidéos en tant que mannequin et danseuse sur les réseaux sociaux, j'ai reçu de nombreux messages de personnes partageant leur propre expérience de la danse. Dans la plupart de ces messages, le corps des gens les limitait et, dans de nombreux cas, cela les poussait même à arrêter de danser complètement. Il y a eu des cas de harcèlement par d'autres danseurs ou même par des enseignants, parfois même par des parents, qui ont parfois refusé d'inscrire leurs filles à des cours de ballet juste pour éviter qu'elles ne souffrent de discrimination", a déclaré Júlia.

Pour Júlia, la danse et le ballet sont faits pour tout le monde, donc créer "Dance For Plus" était un moyen de mettre cette philosophie en pratique. C'est une communauté qui prouve au monde entier que la danse ne doit pas être une punition pour votre corps ou quelque chose que vous faites pour ressembler à ce que les autres attendent de vous. Au lieu de cela, c'est une activité amusante et agréable qui apporte du bien-être. Dance For Plus est un endroit pour profiter autant que possible de cette merveilleuse forme d'art.