Girl boss spotted !

"Je le vaux bien", "je suis belle", "je peux le faire", "je me sens bien", "rien ne m'arrête", "je suis douée", "je crois en moi", "j'aime mon corps"...

Voilà les mini déclarations d'amour de vous à vous-même que vous méritez d'entendre pour réveiller la girl boss qui sommeille en vous. Le temps des doutes est révolu, jamais plus la pression des standards n’étouffera votre confiance en vous : pinky swear !

Notre corps a besoin d'amour, de bisous, de câlins tous les jours... et de mots doux ! Il nous aime certainement bien plus que n'importe qui. Qui d'autre ferait tout ce qu'il fait pour nous ? Il n'est pas parfait, mais il est unique et c'est justement ce qui le rend beau. Soyons réalistes, si la perfection était à notre portée, ne perdrait-elle pas toute sa valeur ?

Ladies and gentlemen, nous avons une grande nouvelle. Notre radar à girl boss s’est fortement activé en France et a repéré Mathilde. La jeune femme, qui souffre d'anorexie, nous raconte comment elle a fait de sa différence une force...

Les Éclaireuses

 

1. Mathilde souffre d'anorexie depuis octobre 2020

Depuis le premier confinement jusqu'à aujourd'hui, Mathilde est passée de la boulimie à l'anorexie. Ces deux troubles du comportement alimentaire ont rythmé son quotidien pendant 2 longues années.

Elle explique : "J'ai toujours été plus épaisse que les autres et le fait est que je ne rentrais pas dans les normes. Au début, je recevais des critiques, mais cela ne me choquait pas plus que ça. Je viens d'une famille où l'on est tous un peu plus épais. Et pour moi, c'était une normalité !"

C'est pendant le confinement que Mathilde décide de perdre de 2-3 kilos, se posant des questions sur son physique. Son poids étant supérieur à 80 kilos, elle voulait perdre du poids et se sentir "mieux dans son corps". Finalement, elle a perdu beaucoup plus de poids que prévu, atteignant les 60 kilos très rapidement.

 

2. De la boulimie à l'anorexie en quelque temps !

@mathildeabrt Morning motivation✨ bon le déhanché c’est toujours pas ça mais je vous promet avant la fin de l’été, on y arrivera 💪#foryou #foryoupage #viralvideo #anorexiarecovery #pourtoi #dehancheniveaumax #fypシ ♬ original sound  - Nico Almaria

Prise dans l'engouement de la perte de poids, Mathilde se faisait vomir après chaque repas. Elle dit : "Ma mère s'en est rendu compte très rapidement. Je le faisais en cachette. Au début, c'était vraiment lorsque je faisais des compulsions. Par exemple, je mangeais la moitié du paquet de tartines avec de la pâte à tartiner. Puis je me faisais vomir. Au début, c'était après chaque crise, puis je le faisais à chaque repas."

Après avoir vu des psychologues en octobre, on lui a recommandé de se faire hospitaliser, et c'est à ce moment-là que l'anorexie est entrée dans sa vie. C'est à l'hôpital que Mathilde prend conscience de son problème.

"Ça fait deux ans que je ne vis plus !"

 

3. Un trouble du comportement alimentaire qui l'a éloignée de ses amis, mais l'a rapprochée de sa famille !

Comme elle le dit : "J'avais perdu beaucoup d'amis qui se sont éloignés. Ils ne voulaient pas être mêlés à ça. Ils avaient également peur que ce soit contagieux donc je ne les voyais plus."

Sa mère l'a toujours accompagnée et a été présente malgré la difficulté de voir sa fille souffrir.

 

4. Un rendez-vous qui a tout basculé !

@mathildeabrt Meilleur des combat… voyons si tik tok me banni même ici✌️#foryou #foryourpage #viraltiktok #anorexiarecovery #fypシ #pourtoi ♬ original sound  - yosaa

"Le 7 février 2021, j'ai vu un hypnothérapeute qui m'a aidé à avoir une sorte de déclic et me dire que ce n'était plus une vie", dit-elle. À ce moment-là, Mathilde a commencé à manger petit à petit, bien que l'anorexie soit une maladie très lente à soigner. 

Le psychiatre lui a fait prendre conscience des problèmes engendrés par sa grande perte de poids. 

 

Tags : aimer son corps, BodyGlory