Girl boss spotted !

"Je le vaux bien", "je suis belle", "je peux le faire", "je me sens bien", "rien ne m'arrête", "je suis douée", "je crois en moi", "j'aime mon corps"...

Voilà les mini déclarations d'amour de vous à vous-même que vous méritez d'entendre pour réveiller la Girl Boss qui sommeille en vous. Le temps des doutes est révolu, jamais plus la pression des standards n’étouffera votre confiance en vous : pinky swear !

Notre corps a besoin d'amour, de bisous, de câlins tous les jours... et de mots doux ! Il nous aime certainement bien plus que n'importe qui. Qui d'autre ferait tout ce qu'il fait pour nous ? Il n'est pas parfait, mais il est unique et c'est justement ce qui le rend beau. Soyons réalistes, si la perfection était à notre portée, ne perdrait-elle pas toute sa valeur ?

Ladies and gentlemen, nous avons une grande nouvelle. Notre radar à Girl Boss s’est fortement activé en France pour vous présenter Doria, atteinte d'albinisme, qui n'a plus peur de s'afficher sur les réseaux sociaux !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 
 

1. De quoi souffre Doria ?

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ?Doria? (@choki_onts)

Doria est une personne albinos qui souffre d'un défaut de production de mélanine. "L'albinisme est une anomalie génétique caractérisée par un manque de mélanine partielle ou totale. La mélanine, c'est tout ce qui nous donne la couleur sur le corps, les cheveux, les cils, les poils et dans les yeux aussi", explique Doria.

C'est à la naissance de son frère que Doria se sent différente de sa famille et "pas comme les autres" : "Dans ma famille, je suis la seule qui est atteinte d'albinisme. Pour moi, c'était normal que ma mère soit noire et moi, je suis blanche. Pour moi, c'était logique, c'était normal. Et quand mon petit frère, du coup, est né, j'ai compris qu'en fait, c'était moi le problème. Je me suis dit : "Mais pourquoi lui, il est noir et moi, je suis blanche, alors que je suis née avant lui ?"

Elle ajoute, émue : "C'est là où j'ai compris que j'avais une différence physique. Vivre avec l'albinisme, c'est vivre avec le regard des gens en permanence sur soi."

 

2. Doria et le harcèlement depuis sa plus tendre enfance ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ?Doria? (@choki_onts)

Doria a dû faire face à de nombreuses critiques et méchancetés en passant par des surnoms désobligeants à des injures verbales et physiques. 'Dans ma famille, on m'appelle souvent la "blanche." Quand j'étais petite, ça m'énervait ce surnom parce que je ne me sentais pas encore bien placée dans la communauté."

À l'école, elle subissait les remarques, les crachats, les manques de respect. Elle dit : "Les petits, ils se moquaient de moi, ils me crachaient dessus dans la cour, ils me traitaient de sorcière".

Elle était même rejetée des groupes d'amis blancs et noirs car elle était entre les deux. "Du coup, je me sentais rejetée par les personnes noires quand j'étais, par exemple, avec eux, dans un groupe, on me disait : 'Non, mais de toute façon, toi, tu es blanche, ne reste pas avec nous, pourquoi tu restes avec nous ?' Et quand je me mettais dans un groupe de personnes blanches, ils me disaient : 'Mais Doria, t'es pas blanche, t'es trop claire et tout, ne reste pas avec nous'."

 

3. Le voyage : un déclic, un accomplissement, une délivrance ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par ?Doria? (@choki_onts)

La vie de Doria a basculé et pris un nouveau tournant, il y a environ un an. "J'ai eu le déclic il y a moins d'un an, quand j'ai fait mon voyage en Corée avec des amis. Et ils étaient tous gentils avec moi. Ils disaient que j'étais jolie, que je devrais m'assumer. Et c'est là où j'ai commencé à, par exemple, arrêter de mettre tout le temps des pantalons pour cacher mes jambes toutes blanches ou arrêter de mettre tout le temps des gros pulls."

Une confiance en soi, parfois mise à rude épreuve : "Aujourd'hui, c'est compliqué. Je suis dans une phase de transition, on va dire. J'ai confiance en moi, mais pas totalement, mieux qu'avant. Tout simplement parce que j'ai arrêté de me préoccuper du regard des autres et que je pense beaucoup plus à moi qu’à ce que les gens peuvent penser de moi."