Tu es trop vieille pour porter des tee-shirts !", "Tu as des tatouages encore à ton âge ?", "Tu n'as pas honte d'être habillée ainsi à 50 ans ?" 

Il n'y a pas d'âge pour recevoir des commentaires, des réflexions déplaisantes et des critiques physiques qui peuvent intimider et complexer. Des remarques difficiles à entendre qui n'aident pas pour la confiance en soi.

C'est pourquoi de plus en plus de femmes se moquent de ces remarques et ont décidé de s'assumer pleinement, de vivre pleinement leur vie, peu importe l'avis des autres.

Découvrez aujourd'hui Caroline Ida Ours, cette mannequin de 61 ans qui brise tous les tabous autour de l'âge, du corps, et des cheveux gris. À la fois modèle pour des marques de vêtements mais aussi de lingerie, blogueuse et militante, cette dame nous donne une bonne dose d'inspiration.

Sans oublier sa devise : "N'oubliez pas d'être comme vous êtes."

Voici son histoire !

Enjoy, 

Les Éclaireuses 

 

1. Une porte-parole du body positivisme 

Caroline Ida Ours a 61 ans. Avec un corps d'une femme qui n'en a pas 30. Et pourtant, cela ne l'empêche absolument pas de défiler en lingerie et de montrer ses formes. "La cellulite, mon gras du ventre, des bourrelets dans le dos, je montre tout sans problème, on prend des risques forcément, il y a surtout des femmes qui sont méchantes", confie-t-elle à France Info.

Pour Caroline Ida Ours, pas de place pour la honte corporelle, bien au contraire, elle prône le mouvement body positive. Ce corps de femme, c'est celui qui la porte depuis toujours, avec ses défauts, qu'elle aime plus que tout. Cette volonté d'être bien dans sa peau, elle lui vient d'un choc bien précis qui a bouleversé sa vie. À 57 ans, elle a fait une rupture d'anévrisme et se réveille avec une tout autre gouverne : "Quand je me suis réveillée du coma, je me suis dit stop, ça ne va plus, il faut que je fasse quelque chose pour moi."

Ce 27 juin dernier, elle participe au défilé des rondes et autres mannequins atypiques au Trocadéro pour une marque de lingerie française.

 

2. Les cheveux gris sans tabous 

Caroline Ida Ours porte une chevelure gris argenté, qu'elle assume fièrement. Elle déclare "Les jeunes femmes disent merci, on n'a pas peur de vieillir grâce à toi." Eh oui, pour cette mannequin, pas de place pour les commentaires haineux et la honte de vieillir : fière de ses cheveux gris, ils sont devenus sa marque de fabrique sur des shootings photo. Aujourd'hui, elle se dit "sexygénaire" et c'est une vérité !

Elle est à la tête de son propre livre intitulé "Génération silver. Sans tabous ni limites", sorti en avril aux éditions Kiwi.

 

3. Égérie darjeeling à l'âge de 60 ans

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par CAROLINE IDA OURS (@fiftyyearsofawoman)

Une carrière de mannequin à l'aube de ses 60 ans ? Égérie d'une marque à cet âge ? C'est possible, c'est ce que Caroline Ida a fait. C'est l'une des mannequins silver les plus connues, longue chevelure argentée, généreux tour de poitrine, c'est autre chose qu'un corps qu'elle met en avant.

C'est à l'âge de 60 ans qu'elle devient égérie Darjeling. Ses cheveux blancs et sa taille 44 ont plu à la marque avec qui elle a réalisé une campagne qui a évidemment fait parler. "Comment osez-vous montrer un corps pareil ?", voilà ce qui a été entendu, eh oui, quelques rides sur une femme qui n'a pas 30 ans en soutien-gorge dans la rue ça fait parler.

Que ce soit sur son compte Instagram, dans les magazines féminins ou encore pour la campagne de lingerie Darjeeling, elle s'affiche fièrement. Ce n'est pas de petits bourrelets qui lui font peur, elle s'est approprié les réseaux sociaux et c'est avec la tête haute qu'elle devient un reflet du body positivisme. On la remercie d'ouvrir les portes aux générations futures.

 

4. Une femme engagée 

Faire ce métier, s'assumer pleinement en montrant son corps et ses cheveux, c'est une manière pour Caroline Ida Ours de soutenir toutes les femmes dans l'acceptation de soi et de vieillir.

Il y a cette volonté de représenter la réalité et joliment : "Petit à petit, je me suis demandé où étaient les femmes de plus de 50 ans ? Je ne les voyais pas. Dans les magazines, on n'est pas représentées, dans le cinéma il y a quelques actrices - toujours les mêmes [...] Je me suis dit il faut faire quelque chose pour casser cette invisibilité. Mon combat a commencé comme ça." 

Caroline Ida Ours évolue dans un environnement bienveillant au milieu de femmes qui essayent de briser tous les tabous, "Il y a de plus en plus d'influenceuses qui osent parler, montrer leurs défauts, sans Photoshop" et c'est merveilleux. 

 

Tags : beauté au naturel, cheveux gris