Depuis que le monde de la mode est lancé, un seul de type de personne est mis en avant : les personnes valides, blanches, et maigres. 

Mais, voilà, depuis quelques années maintenant, la révolution a sonné. Les codes ont changé. Les mannequins bouleversent les codes. 

De plus en plus de comptes Instagram partagent des photos non censurées, des corps reflétant la réalité, des parties du corps avec certaines différences physiques pour montrer que chacun à sa manière, à sa beauté, est beau.

C'est pourquoi, aujourd'hui, nous vous présentons 5 modèles qui brisent les diktats de la beauté, qui sont fieres de leur corps, et de leur beauté atypique, unique.

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Melanie Gaydos, le modèle qui brise les codes de la beauté ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Melanie Gaydos (@melaniegaydos)

La jeune femme de 28 ans, née aux États-Unis, souffre d'une maladie génétique rare appelée dysplasie ectodermique, qui a empêché ses dents, ses pores, ses ongles, ses os de se développer. Melanie Gaydos souffre également d'alopécie qui affecte la croissance des cheveux, des cils et des sourcils.

En 2015, elle déclare au média The Independent qu'elle avait rejeté les prothèses dentaires et les perruques parce qu'elle se disait ne plus être "à l'aise avec moi-même comme je suis". Aujourd'hui, elle est demandée par beaucoup de marques américaines et françaises pour poser en tant que mannequin. Passionnée par le monde de la mode, elle n'a jamais renoncé à montrer qui elle était et à se faire photographier.

"Je suis définitivement devenue plus confiante avec qui je suis et moi-même. J'ai arrêté de porter des perruques et j'ai commencé à faire du mannequinat. D'une certaine manière, je me forçais à en savoir plus sur qui j'étais et à devenir plus à l'aise avec qui je suis au fond de moi. Le mannequinat m'a aidée à devenir plus forte et plus heureuse dans mon existence." Un bel exemple de vie.

 

2. Madeline Stuart, la première mannequin atteinte de Trisomie 21 !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Madeline Stuart (@madelinesmodelling_)

Madeline Stuart est la première mannequin internationale au monde atteinte du syndrome de Down et est la preuve vivante que lorsque vous croyez en vos rêves et travaillez dur pour les réaliser, tout est possible.

Rosanne, sa mère n'aurait jamais imaginé qu'une sortie à un défilé de mode local dans leur ville natale en Australie pousserait Madeline à devenir mannequin et à croire en elle. 

Pour le média Six-two, elle dit : "chaque fois que je suis sur la piste, je me sens tellement heureuse, fière et excitée de faire ce que j'aime. Inspirer les autres pour qu'ils puissent réaliser leurs rêves et ne jamais abandonner est ce que j'aime le plus. Marcher sur la scène mondiale me permet d'inspirer les autres plus que je n'aurais jamais pu l'imaginer."

 

3. Ericka Hart, un exemple au quotidien !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Ericka Hart, M.Ed. She/They (@ihartericka)

Avant de devenir une ambassadrice du monde du mannequinat, Ericka Hart a subi de nombreuses péripéties dans sa vie notamment avec son cancer du sein. C'est en 2014 qu'elle découvre sa maladie qui l'a aidé à devenir la femme qu'elle est aujourd'hui. Une activiste et écrivaine qui partage sa vie et ses pensées sur Instagram pour inspirer les femmes de toutes formes et tailles à se rassembler au nom de l'amour de soi.

"Quand les gens ont vu ma poitrine, beaucoup étaient sans voix ou m'ont demandé ce qu'il m'était arrivé. Ce qui prouve qu'on n'en parle pas assez, il n'y a pas assez d'exemples pour montrer à quoi ça ressemble", dit-elle au magazine Clutch.

Sur le réseau social, elle continue à poster des photos et remercie la plateforme de ne pas la censurer. Durant son combat, elle s'est tristement rendue compte que les femmes de couleur n'étaient pas assez représentées dans la maladie et décide chaque jour de lever le voile. 

 

4. Moffy Gathorne Hardy, la femme qui fait de sa maladie une force au quotidien ! 

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Moffy (@moffygathornehardy)

Moffy Gathorne Hardy est née avec un strabisme, une condition optique où vos yeux ne s'alignent pas. Elle a souvent eu du mal à communiquer avec les gens. Le fait de ne pas pouvoir établir de contact visuel, lorsqu'elle était enfant, et surtout pendant ces années difficiles d'adolescence, la rendait souvent invisible. Mais elle a appris à vivre avec. En fait, elle ne vit pas seulement avec, elle le célèbre comme une identification physique de qui elle est tous les jours.

"En tant qu'enfant, je ne me sentais jamais belle. J'étais une petite chose drôle et tachetée avec un cache-œil, des lunettes et un cardigan qui me passait. Ce n'est pas une esthétique que vous avez tendance à apprécier quand vous avez cinq ans."

Elle a refusé l'opération pour prouver aux yeux de tous que sa malformation n'était pas un défaut, mais une force, un combat et son atout charme qui fait la différence sur les podiums. 

 

5. Jeyza Gary, sa maladie de la peau : son combat de tous les jours !

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Jey?a (@lyricallydiverse)

Jeyza Gary est née avec une affection cutanée appelée ichtyose lamellaire. Il s'agit d'une maladie héréditaire rare de la peau qui est caractérisée par une sécheresse extrême de la peau et une desquamation excessive. Cette maladie lui fait perdre sa peau toutes les deux semaines. 

Celle qui a également joué un grand rôle dans sa confiance en elle est sa mère. À chaque rentrée scolaire, elle prenait la parole pour parler de la maladie de sa fille pour briser le silence et éviter les jugements et moqueries. 

"Je veux être la meilleure. Je veux être dans Vogue. Je veux être sollicitée par tous ceux qui m'ont rejetée. Il n'y a jamais eu personne que j'ai pu idolâtrer en grandissant. C'est ma famille qui m'a inculqué que je suis 'assez' et qu'il n'y a rien qui cloche chez moi. C'est ce que je veux être pour d'autres personnes qui ne le voient pas en elles-mêmes."