Quand on vient d’adopter un chien (surtout s’il est bébé), on se rend parfois compte que les bases de l’éducation ne sont pas encore totalement acquises et qu’il reste du travail pour qu’il comprenne les règles.

Les règles, une fois bien enregistrées, vous rendront la vie plus facile, lui permettront d’être bien dans ses baskets et de pleinement s’épanouir à vos côtés.

Mais parfois, même si l’on veut bien faire, le manque de technique et la perte de patience, lorsque l’on retrouve chaque soir le même pipi sur le tapis, nous poussent à commettre des faux pas (attention, on ne parle en aucun cas ici de lever la main sur son animal, seulement de ne pas s’y prendre comme il le faut).

Pour vous aiguiller au mieux, voici les bons gestes à avoir et ceux à éviter absolument pour éduquer son chien !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Deux règles fondamentales

-

N°1 : « pas vu, pas pris »

C’est sûrement l’une des règles les plus agaçantes, mais si vous n’avez pas surpris votre chien (le gros coupable) qui a fait une grosse bêtise (comme saccager au sens propre du terme votre charmant nid douillet) en flagrant délit, vous ne pouvez pas le punir...

Pour quelle raison ? Tout simplement parce que votre chien n’est pas capable de comprendre une punition s’il n’est pas pris sur le fait. Alors, il va falloir serrer les dents, respirer bien fort, mettre votre chien dans une autre pièce et nettoyer les dégâts qu’il a causés.

Le gronder, alors que vous ne l’avez pas vu passer à l’acte, pourrait avoir des conséquences négatives sur la relation que vous entrerez avec lui, et ce n’est pas le but !

 

N°2 : choisir une punition juste et cohérente

Comme vous l’aurez compris avec la règle précédente, la sanction doit être immédiate mais également courte !

Imaginons qu’en pleine partie de jeu, il se mette (dans l’excitation) à vous mordre la main, vous devez stopper net la partie de rigolade et lui dire « non » après l’avoir appelé par son nom avec une voix grave et autoritaire, afin qu’il comprenne qu’il vient de dépasser les limites.

Autre exemple, s’il a interdiction de monter sur le canapé ou encore de réclamer à table, aucune exception à la règle ne doit être tolérée si vous souhaitez être cohérent et qu’il la saisisse bien. Oui, même s’il vous fait les yeux doux.

Il est également essentiel de punir votre chien à chaque fois qu’il désobéit à la règle fixée, et pas uniquement quand vous êtes à bout, en se rappelant que la violence est inutile et proscrite, mais également sans être trop laxiste pour ne pas conforter une position dominante qu’il pourrait développer avec vous.

 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

2. Les différentes punitions à adopter

-

Voici autant de façons de sanctionner son chien qui fonctionnent à merveille et qui ne nécessitent en aucun cas la violence :

La réprimande : c’est le fameux « non ». L’intonation de la voix est ici essentielle pour faire passer le message à l’animal. Employez donc une voix grave et autoritaire pour lui montrer qui décide.

L’ignorance : si vous ignorez votre chien lorsqu’il tente d’attirer votre attention en adoptant un comportement interdit devant vous (comme aboyer en votre direction), ce dernier n’aura alors pas eu le retour escompté et ne trouvera alors pas d’intérêt à recommencer.

Le désintéressement : il s’agit de détourner l’attention de votre chien de la bêtise qu’il s’apprête à commettre ou qu’il a déjà entamée vers une activité autorisée. Pour cela, vous pouvez par exemple vous munir d’un jouet qui couine, le bruit étant très efficace.

L’isolement :  particulièrement efficace pour les chiens hyperactifs qui ont du mal à se calmer, cette punition consiste à isoler l’animal dans une pièce dans laquelle il n’a pas l’habitude d’aller durant une dizaine de minutes.

La punition à distance : à l’aide d’objets bruyants, le chien va prendre peur lorsqu’il sera en situation de désobéissance. Imaginons que vous le promeniez sans laisse, que vous lui ordonniez de venir au pied mais qu’il continue sa route n’en faisant qu’à sa tête, vous pouvez par exemple lancer dans sa direction (pas sur lui) un trousseau de clés bien rempli en criant « au pied », après avoir prononcé son nom. Avec ce bruit, il devrait s’arrêter immédiatement.

 

PS : au-delà de savoir sanctionner son chien, il est également tout aussi important de savoir le récompenser afin de l’inciter à adopter les bons comportements. N’ayez pas peur d’en faire trop, et exagérez sur les encouragements, les félicitations, les caresses et les friandises dont ils raffolent !

Avec tous ces conseils, vous ne pourrez qu’éduquer votre chien et dans une approche positive qui n’a pas de prix !

 

Tags : chien