Une femme âgée de 79 ans a été verbalisée pour avoir voulu saluer son mari à la fenêtre de la chambre de l’Ehpad où il réside.

En effet, cet acte a été considéré comme une violation du « cordon sanitaire », ce qui a dû entrainer l’intervention de deux gendarmes puisqu’Hedwig, la septuagénaire, stationnait devant la fenêtre fermée de la chambre de son époux, 93 ans, confiné dans l'Ehpad de Graulhet dans le Tarn. Munie d’une ardoise, elle y avait écrit quelques mots pour son mari.

« Même si la visite en extérieur de votre mère peut être considérée comme une assistance à personne vulnérable, un cordon sanitaire autour des Ehpad doit être absolument respecté. De ce fait, votre mère était bien en infraction », a expliqué la préfecture à Mme Boghossian, la fille du couple.

Cette dernière s’inquiète des conséquences de cette interdiction sur la santé de son père : « Elle le faisait tous les jours, quelques minutes, depuis le début du confinement des Ehpad, pour aider mon père à ne pas se laisser glisser dans son monde, à ne pas se sentir abandonné ».

Elle a d'ailleurs ajouté que quelques proches d’autres résidents faisaient de même, profitant que l'Ehpad soit entouré de pelouse non délimitée donnant accès aux fenêtres.

« Maintenant ma mère n'ose plus y aller, notre inquiétude est que mon père ne tienne pas le coup », s’est-elle désolée.

L’Ehpad en question, où sa mère travaillait en tant que bénévole, ne s’était pourtant pas opposé dans un premier temps à ces rencontres.

Les Éclaireuses