Pendant le confinement, le télétravail est devenu le quotidien de beaucoup de travailleurs. Une expérience particulière qui ne s’est pas déroulée de la même manière pour tous et notamment pour certains parents qui ont donc dû gérer le travail et leurs enfants en même temps.

C’est le cas pour Dris Wallace, une jeune maman américaine vivant à San Diego avec son mari et ses deux enfants âgés de 1 et 3 ans, qui a été licenciée durant le confinement car ses enfants faisaient trop de bruit.

« La pression mise par mon patron générait beaucoup de stress. Mes enfants m’interrompaient en permanence, mon bébé voulait que je l’allaite tout le temps. Ils devaient toujours attendre que j’ai fini mes tâches pour m'occuper d'eux ».

Malgré sa bonne volonté, à plusieurs reprises, la jeune femme avait reçu des avertissements de la part de son employeur, lui faisant remarquer que les bruits de ses enfants n’étaient « pas professionnels », lui demandant même « de les faire taire », tout en refusant néanmoins de décaler les horaires des réunions.  

Rapidement, la relation avec son patron s'est dégradée et la jeune mère a reçu au mois de mai un appel de ce dernier pour la sermonner de nouveau tout en lui signifiant qu'aucun autre salarié n'avait les mêmes problèmes. Désemparée, Dris contacte le service des ressources humaines de son entreprise.

C'est ainsi qu'au mois de juin, la jeune femme est finalement contactée pour lui annoncer son licenciement, et ce, malgré l'engagement qu'avait pris son entreprise de ne licencier personne durant la crise et de faciliter le quotidien des parents confinés avec leurs enfants. Une somme d'argent lui a même été proposée pour « garder pour elle cet incident ».

Dris a refusé l’argent et a contacté un avocat pour poursuivre son employeur en justice.

Les Éclaireuses

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hi, I'm ????| MODERN CALI MOM (@moderncalimom) le

 

Tags : enfant, mère