Alix, une jeune Parisienne, parcourt 7 km à pied deux fois par semaine en rentrant du travail, dans l’objectif de ramasser les masques errant sur la terre.

Depuis plus d’un an, la jeune femme s’implique dans des actions citoyennes telles que le ramassage de déchets. Malheureusement, depuis la pandémie de Covid-19, de nombreux masques se retrouvent jetés par terre à défaut d’être jetés à la poubelle.

Comme beaucoup d’autres personnes, Alix pensait initialement que ce n’était pas de son ressort de les ramasser. Mais son avis a changé très rapidement.

« Je faisais les marchés et je voyais les masques par terre. Je me disais que ce n’était pas possible ! Ça me titillait car, à plusieurs points de vue, ce n’est pas terrible », s’exprime-t-elle.

En rentrant du travail, Alix enfile son masque et ses gants et s’empresse de ramasser tous les masques qui entravent son chemin. En moyenne, elle récupère une trentaine de déchets. Cependant, depuis début juin, plus de 300 masques ont déjà été ramassés.

La jeune femme exprime son désarroi face à cette situation : « deux minutes après mon passage, il y a un autre masque par terre. Psychologiquement, j’en pleure : ce n’est pas le monde que je veux pour demain ».

Si Alix décide de les ramasser, ce n’est pas dans l’objectif de les jeter uniquement à la poubelle. En effet, ces déchets sont stockés dans des grands sacs-poubelle puis entreposés dans des cabanons, en attendant qu’une entreprise accepte de les recycler. Son principal objectif est de préserver l’environnement afin que les océans n’en soient pas impactés.

« Je connais la problématique des masques jetés par terre, je sais que ça termine dans les fleuves, la mer… Alors je préfère agir pour éviter qu’il y en ait partout », affirme-t-elle.

Véritable militante, Alix publie ses récoltes sur les réseaux sociaux afin de sensibiliser un maximum de citoyens. Elle demande de faire attention et de bien jeter les masques dans les poubelles prévues à cet effet.

Les Éclaireuses