L'Enfant Bleu, une association qui lutte contre la maltraitance faite aux enfants, a mis en place un dispositif spécial pendant la période de confinement en utilisant le très populaire jeu Fortnite comme un moyen de réceptionner discrètement les appels à l'aide d'enfants battus au sein de leur foyer.

Une initiative incroyablement ingénieuse lorsque l’on sait que le confinement a malheureusement entraîné une hausse des cas de maltraitances sur les enfants (+ 89% de signalements selon vie-publique.fr).

« Dans un contexte favorisant le passage à l'acte au sein du domicile sans possibilité de contact extérieur, l'objectif était de mettre à disposition des enfants un nouveau moyen pour alerter, sans se faire repérer par leurs agresseurs. L'Enfant Bleu a mis en place un dispositif totalement inédit en France, en collaboration avec les équipes de Havas Sports & Entertainment France, via le jeu en ligne phénomène Fortnite », explique le communiqué de l'association.

Les deux structures se sont alors associées à la brigade des mineurs de la police judiciaire pour éviter que cet avatar ne soit imité par des joueurs malintentionnés.

Concrètement, l'expérience a pris la forme d'un personnage nommé EnfantBleu représentant l'association. Avec la complicité de quelques équipes eSport et autres influenceurs, les joueurs ont discrètement été informés qu'en ajoutant ce personnage en ami, ils entraient en fait en contact avec l'association et pouvaient ainsi se confier, à l’abri des adultes, de la même façon que s'ils avaient effectué un appel téléphonique.

À la manière d'une hotline, ce personnage est d'ailleurs resté disponible 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, les membres de l'association s'étant relayés avec l'aide des bénévoles Havas pour faire vivre le dispositif jusqu'à la fin du confinement.

« En 1 mois, 1 200 enfants ont ajouté le personnage. 30% d'entre eux se sont confiés sur des problèmes personnels plus ou moins graves. Certains ont signalé être dans une situation d’extrême urgence. Grâce à ce dispositif, le jeu vidéo souvent décrié a rempli une mission sociétale bénéfique aux jeunes ».

Grâce à l'efficacité de canal d'alerte, un groupe de travail se réunira dès la rentrée prochaine dans le but de déterminer comment les jeux vidéo pourraient venir s'ajouter aux solutions permettant déjà de signaler ses agresseurs, notamment le 119 (numéro national de l'enfance en danger).

Les Éclaireuses

 

 

Tags : enfant, violence