Maëlle, une jeune femme belge de 17 ans est décédée la semaine dernière à Charleroi, en Belgique. Elle a succombé à un choc toxique, provoqué par un tampon hygiénique.

Si les médecins ont d’abord pensé à une simple gastro-entérite, Maëlle a été hospitalisée dès le lendemain pour de la fièvre et des vomissements, symptômes courants de la gastro-entérite. L’adolescente est finalement transférée en soins intensifs, mais lorsque l’équipe médicale pose le bon diagnostic, il est déjà trop tard.

Le syndrome du choc sceptique ou choc toxique est une maladie infectieuse rare et aigüe, qui toucherait une vingtaine de personnes chaque année en France. Ce choc toxique est dû à la présence d’une bactérie, le staphylocoque doré, dans le microbiote vaginal de certaines femmes. Entre 30 à 40% de la population serait porteuse de la souche de staphylocoque à l’origine de ce choc, sans qu’elle soit forcément dangereuse.

Désormais, les proches de Maëlle souhaitent alerter l’opinion publique à ce sujet : « Aujourd’hui, je suis persuadée qu’il faut informer le plus possible de femmes au sujet de ce syndrome. En espérant que la prévention puisse sauver des vies. », confie sa maman.

Les Éclaireuses