La petite famille était partie en Amérique du Sud pour un périple printanier de plusieurs mois à bord de leur camping-car et avec pour objectif de traverser les parcs nationaux de l’Uruguay jusqu’à la Colombie.

Si tout avait bien commencé pour Stéphanie, informaticienne, son mari Étienne, médecin urgentiste, et leurs deux petites filles d’un et deux ans, l’aventure a finalement pris un tout autre tournant lorsqu’ils se sont vus contraints de stopper leur voyage au Chili et de s’y confiner jusqu’au rapatriement.

Mais alors qu’Édouard Philippe a annoncé le rapatriement de 160 000 français, la famille n’a toujours pas été contactée et déplore un manque d’information de l’ambassade de France…

« C’est une chance d’avoir eu des amis sur place pour se parquer sur leur trottoir. On s’est auto-confinés comme en France car on sentait une méfiance dans le pays à l’égard des Français, les gens changeaient de trottoir quand ils nous voyaient et avaient peur des voitures françaises. On a préféré ne pas trop se montrer », raconte Stéphanie.

Habituée des grands espaces en pleine nature, cette jolie petite famille se retrouve coincée, depuis le 17 mars, dans 10 mètres carrés et attend qu’on vienne les chercher : « On a commencé les premières démarches début avril puisque les vols commerciaux tournaient encore mais les prix ont flambé atteignant 6000 euros, puis tous les vols ont été coupés. »

Le 14 avril apprenant qu’un vol pourrait quitter Santiago le lendemain, ils demandent  à l’ambassade s’ils peuvent embarquer. Celle-ci leur répond « si le vol a lieu et en fonction du nombre de places, oui », mais depuis plus rien. Stéphanie comprend mais voudrait un avis : « depuis, on a appelé 2 fois mais à chaque fois, c’est la même réponse, les autorités nous disent : nous sommes débordés, on vous tiendra au courant ». Ils sont, depuis ce jour, sans nouvelles…

« Sans vouloir critiquer, ce que l’on voudrait, c’est avoir des certitudes que des vols à la limite reprendront plus tard. La difficulté est de vivre enfermés avec deux bébés dans une caravane, les jours raccourcissent, l’hiver arrive, il commence à faire froid et pleuvoir, être coincés dans 10 mètres carrés, ce n’était pas prévu. »

On leur souhaite beaucoup de courage et on espère que l’attente touchera bientôt à sa fin !

Les Éclaireuses