Omar Taylor, un père de deux enfants originaire du Royaume-Uni, a survécu au Covid-19, à une double pneumonie, à une septicémie, à une insuffisance cardiaque et à deux attaques cérébrales avant de quitter l'hôpital juste à temps pour célébrer le deuxième anniversaire de son fils.

Hospitalisé le 19 mars dernier pour une affection intestinale, le papa de 31 ans éprouvait des difficultés respiratoires et les médecins ont rapidement diagnostiqué qu’il était atteint du coronavirus.

Seulement voilà, après quelques jours d’hospitalisation, l’état d’Omar s’est rapidement détérioré obligeant les médecins à le transférer en soins intensifs et à le placer sous respirateur.

« Un jour, j'ai reçu un appel de l'hôpital à 4h45 me disant de me préparer au pire. Ils avaient décidé de l'intuber et de le plonger dans un coma artificiel. », a déclaré Kaitlyn Taylor, son épouse.

Plusieurs jours se sont encore écoulés et l’état d’Omar finit par se stabiliser. Les infirmières ont alors cessé de lui administrer des sédatifs, mais elles ont remarqué qu’il était incapable de bouger son bras droit : « Les médecins l'ont emmené alors faire un scan alors qu'il était encore sous ventilateur. Il a fallu quatre heures et sept employés pour le faire et ils ont constaté qu'il avait subi un double AVC. », a confié Kaitlyn. En plus de souffrir d’une insuffisance cardiaque, le jeune homme a également été victime d’une double pneumonie et d'une septicémie.

Le 18 avril, un mois après son hospitalisation, Omar a été transféré vers le service de neurologie. Testé négatif au Covid-19, il a enfin pu revoir sa famille pour la première fois en six semaines.

« C'était comme s'il regardait à travers nous. Mais quand nous l'avons vu, il souriait et pouvait passer son bras autour des enfants. C'était la première fois en six semaines qu'il voyait quelqu'un qui ne portait pas d’EP. C'était magique. », a déclaré Kaitlyn.

Malheureusement, le verdict des médecins est sans appel, Omar « ne remarchera probablement plus ». S’il était condamné à la chaise roulante jusqu’à la fin de ces jours, le miracle s’est produit et Omar a finalement réussi à quitter l’hôpital à pied, sous les applaudissements des soignants. « C'était absolument bouleversant. Il était déterminé à sortir à temps pour le deuxième anniversaire de notre fils et il l'a fait. », raconte sa femme.

Les Éclaireuses

Crédit Photo : Press Association
Crédit Photo : Press Association
Crédit Photo : Press Association