Des photos terriblement choquantes, voire insoutenables, de lions très amaigris et malades à Al-Qureshi Park de Khartoum, la capitale du Soudan, ont circulé sur les réseaux sociaux.

Partagées par Osman Salih pour réveiller les consciences, l’homme a aussi lancé une campagne en ligne sous le hashtag #SudanAnimalRescue afin de faire connaître la cause de ces lions et de les sauver. Malheureusement, selon les spécialistes, les félins souffrent depuis plusieurs semaines d’une malnutrition sévère ainsi que de plusieurs maladies infectieuses.

« Le problème n’est pas seulement le manque de nourriture, mais également la qualité des aliments. Souvent, la viande qu’ils mangent est avariée » a déclaré Salih dans sa publication sur Facebook.

Selon les officiels du parc ainsi que les vétérinaires, les conditions de santé de ces lions se seraient aggravées avec la raréfaction des denrées alimentaires suite à la crise économique qui frappe le pays.

Quelques jours après sa publication, l’homme a annoncé la mort d’une lionne ainsi que la prise en charge d’un autre félin. Néanmoins, il a également partagé une bonne nouvelle puisqu’il est parvenu à obtenir un partenariat avec l’association de défense des animaux FOUR PAWS international qui prévoit un plan de sauvetage et de réhabilitation des animaux.

« Aujourd’hui a été un jour positif pour le Al-Qureshi Park, la réunion que nous avons eue avec l’administration du parc a été constructive. L’important est de voir que beaucoup de gens ont souhaité réagir à ce qu’il se passait. Et même si la responsabilité n’a pas été complètement assumée par les autorités, une grande quantité de viande fraîche a été livrée grâce à des donateurs privés. Des contrats ont été signés avec des usines et des producteurs de la région pour fournir de la nourriture et des médicaments », a déclaré Osman Salih.

Des actions qui, on l’espère, pourront sauver la vie de ces animaux.

Les Éclaireuses

Crédits : Osman Salih
Crédits : Osman Salih
Crédits : Osman Salih
Crédits : Ashraf Shazly / AFP
Crédits : Ashraf Shazly / AFP
Crédits : Ashraf Shazly / AFP