C’est le second cas mondial !

Il y a dix ans, « le patient de Berlin » connaissait une rémission face au virus du sida suite à une greffe de moelle osseuse. Aujourd’hui, un deuxième homme « le patient de Londres » est à son tour en rémission.

En effet, c'est en mars 2019 que le professeur Ravindra Gupta, de l’université de Cambridge, avait annoncé que le patient, diagnostiqué séropositif en 2003, était en rémission puisqu’il ne montrait aucun signe du virus depuis 18 mois. Un an plus tard, l'équipe médicale déclare une guérison du patient face au VIH. 

Comme le « patient de Berlin », Timothy Ray Brown, le « patient de Londres » a subi une greffe de moelle osseuse pour traiter le cancer du sang. Il a donc reçu des cellules souches de donneurs porteurs d’une mutation génétique rare , le CCR5, qui empêche le VIH de s’implanter.

Une deuxième guérison qui semble prometteuse et qui laisse à penser que le premier cas n’était pas qu’un coup de chance. L’homme va d’ailleurs continuer d’être testé régulièrement pour surveiller et anticiper le possible retour de la maladie.

N’oublions pas que près de 37 millions de personnes sont actuellement infectées par le VIH dans le monde et que seulement 6 personnes sur 10 ont accès au traitement à prendre à vie permettant de contrôler l’infection.

Le « patient de Londres », Adam Castillejo, 40 ans, originaire du Venezuela, a désormais révélé son identité et a déclaré vouloir « être un ambassadeur d’espoir » pour toutes ces personnes.

Une bonne nouvelle qui donne de l'espoir ! 

Enjoy,

Les Éclaireuses