Sophie Rainoldi, une aide-soignante de Toulouse, qui intervient auprès de malades atteints du coronavirus, a retrouvé scotché à sa porte un mot provenant d’un de ses voisins.

Sur ce mot, la jeune femme est priée poliment de bien vouloir « loger ailleurs » ainsi que de « promener son chien plus loin » pour que ses voisins se sentent « plus en sécurité ».

Consternée, l’aide-soignante a décidé de partager sur les réseaux sociaux ce mot dont l’auteur reste encore inconnu. Ces quelques lignes sont rapidement devenues virales, les internautes partageant l’indignation de la jeune femme.

« Ce n'est pas parce que je suis une soignante que je ramène le coronavirus chez moi ou toutes les autres maladies. Il n'y a pas plus de problèmes avec moi qu'avec une autre personne », a-t-elle déclaré. « La peur prend actuellement le dessus. Les gens manquent d'informations. »

Ce mot n’a néanmoins pas entravé la motivation de Sophie qui continue de prendre soin des patients atteints du coronavirus et qui ne cèdera pas aux attentes de son voisin.

« Je ne suis pas une terroriste, mais un personnel soignant ! », s'exclame-t-elle. « J'applique scrupuleusement les règles d'hygiène. Je laisse ma blouse au travail. Je m'y lave les mains et dès que je rentre du boulot, je me douche ».

Les Éclaireuses