Enfin un hashtag qui fait du bien !

Le hashtag #MonPostPartum a été lancé sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours, par Morgane Koresh, Ayla Linares, Masha Sacré et Illana Weizman, quatre militantes féministes, suite au rejet d’une publicité jugée pas assez « glamour » par ABCNews et l’Académie des Oscars ainsi que la légende d’une photo publiée sur Instagram de la mannequin américaine Ashley Graham, tout juste maman d’un petit garçon.

Dans cette légende, cette dernière déclare : « Levez la main si vous ne saviez pas que vous changeriez aussi vos propres couches ? ». Une manière humoristique de mettre en avant des vérités sur le post-partum qui ont été bien trop longtemps tabous.

Ce hashtag libère la parole de jeunes mamans qui racontent ce qu’elles vivent après avoir donné la vie. Également, il permet de mettre en lumière que chaque grossesse, accouchement  et « moments d’après » sont différents pour toutes. Il est donc normal que chacune les vive différemment.

Un véritable engouement s’est créé autour de ce hashtag sur les réseaux et nombreuses sont celles qui partagent non sans humour les anecdotes qu’elles vivent et auraient sans doute aimé savoir avant d’accoucher. Les douleurs, les coups de blues, les hormones et la fatigue sont autant d’exemples de sujets tabous évoqués par ces femmes qui viennent enfin briser la glorification de la maternité et de la mère parfaite.

De quoi déculpabiliser pour de bon !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Je n'ai pas de photo de ma période post partum la tête en vrac avec ma couche pour éponger tout ce sang qui coule, comme si mon corps ne s'était pas assez répandu, comme si je n'avais pas assez donné. Mais j'ai cette photo. Sans tête. Très ronde. Le sein tiré. Je la trouve organique. À cette période là, j'étais enceinte de 8 mois et je me sentais envahie. Cet être en moi avait suffisamment grandi et je n'avais qu'une envie physique irrépressible : celle de le faire sortir pour enfin retrouver mon corps. . J'étais loin d'imaginer qu'après mon accouchement, j'allais devoir éponger mon sang, ne pas pouvoir m'asseoir sans pleurer et essuyer au moins 5 lymphangites dues à de mauvaises informations sur l'allaitement. Pour moi, ça a été une expérience terriblement douloureuse. Je ne voulais voir personne. J'ai laissé de nombreux amis et amies sans réponse pendant des mois. Je voulais juste me terrer dans un lieu où personne ne me trouverait, sans enfant pour malmener mes seins, sans corps pour me rappeler la souffrance, sans mémoire qui me répète mon histoire. . Nos expériences ne doivent pas être invisibilisees. Elles sont uniques. Importantes. Nécessaires. Nous avons un devoir de transmission. La maternité est une belle expérience mais elle peut être aussi cruelle en laissant des marques indélébiles. Crédit photo : @llunicole . #feminist #feminism #pregnancy #chargementale #mumlife #lavraievie

Une publication partagée par Masha ? (@mashasexplique) le