Suite à une hausse des violences conjugales pendant le confinement, un dispositif d’alerte a été mis en place dans les pharmacies.

Christopher Castaner, le ministre de l’Intérieur, a déclaré ce jeudi 26 mars que le confinement mis en place pour lutter contre l’épidémie du coronavirus a pour conséquence d'entrainer une augmentation des violences conjugales.

« Nous devons prendre en compte cet enfermement qui peut empêcher de parler dans certaines circonstances », a-t-il déclaré.

Il a donc été décidé, avec l’ordre national des pharmaciens, de mettre en place un dispositif au sein des pharmacies pour alerter les forces de l'ordre.

Des consignes seront données pour que ces dernières puissent « intervenir en urgence », dit le ministre, qui assure que la lutte contre les violences conjugales est « une priorité ».

Un code d’alerte a aussi été adopté dans l’hypothèse où la victime ne serait pas seule, le ministre a évoqué la possibilité que celle-ci utilise un « code », « par exemple : masque 19 ».

L’utilisation d’un code d’alerte est un système qui a déjà été mis en place en Espagne et qui, espérons, permettra à la France d’aider massivement les personnes victimes de violences conjugales.

Les Éclaireuses