En décembre 2018, Tokyo avait annoncé se retirer de la Commission baleinière internationale. C’est chose faite à présent ! Le Japon relance officiellement la chasse commerciale à la baleine dans ses eaux territoriales. Après 33 ans d’interruption, la chasse à des fins commerciales reprend.

Le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche va déterminer des quotas « de sorte à ne pas nuire aux espèces ». Pour empêcher la surpêche, l’agence gouvernementale des pêches a fixé un quota de prises à 227 baleines, 52 baleines de Minke, 150 rorquals de Bryde et 25 rorquals de Rudolphi.

Fortement critiquée par les défenseurs des cétacés, la pêche à la baleine n’a pas la côte. Cependant, une forme de préservation de la tradition reste ancrée chez une partie de la population asiatique, mais les consommateurs de baleine ne sont pas nombreux.

En 31 ans, 17 000 baleines ont été pêchées sous couvert d’études scientifiques. Après une plainte déposée en 2010 par l’Australie, le Japon avait été condamné par la Cour pénale internationale.

Les Éclaireuses