Si, depuis le début de l’épidémie, on a beaucoup entendu que le coronavirus n’affectait pas les enfants, une récente étude pourrait bien venir prouver le contraire.

En effet, des scientifiques auraient trouvé la preuve que l’infection du coronavirus provoque chez les enfants, un état inflammatoire proche de celui de la maladie de Kawasaki.

À l’hôpital de Birmingham, une étude a été menée sur 8 enfants atteints de cette maladie. Elle révèle que tous ont bien été infectés par le virus du SRAS-Cov-2 plusieurs semaines avant de présenter des symptômes.

Bien qu’ils aient tous été testés négatifs par le test traditionnel utilisé pour diagnostiquer le Covid-19 chez les adultes, c’est cependant un test d’anticorps réalisé sur-mesure qui a révélé que ces enfants avaient été infectés par le coronavirus et produisaient donc des anticorps pour le combattre.

Selon les médecins, ce test d’anticorps serait le seul moyen d’identifier avec précision la présence du virus chez les enfants souffrant de l’état hyper-inflammatoire.  

Même si la raison pour laquelle le syndrome se développe des semaines après l’infection demeure toujours inconnue, les scientifiques pensent qu’il s’agirait d’une surréaction du système immunitaire, qui pourrait endommager les cellules du corps. Un phénomène similaire a été observé chez les adultes et peut se révéler fatal pour les patients les plus malades.

En France, depuis le 1er mars, ce serait près de 125 enfants qui auraient été touchés par ce syndrome inflammatoire. Parmi ces cas, 58% ont été recensés en Île-de-France, selon Santé publique France.

Même si dans notre pays, il est encore difficile de certifier à ce jour que ces symptômes sont en lien avec le coronavirus, il est quand même possible de constater que plus de la moitié des enfants malades étaient en effet atteints du Covid-19.

Les Éclaireuses