L'industrie de la viande est de loin la plus violente qui existe sur notre planète et voici une preuve supplémentaire venant rafraîchir les mémoires. En effet, les horreurs que subissent les animaux avant d'être transformés en produits alimentaires perdurent et méritent d'être dénoncées. 

L'association L214 a frappé fort une fois de plus en publiant une vidéo choc dans un élevage de veaux laitiers. Ces images viennent dénoncer les conditions de vie des veaux nés dans des élevages laitiers : atroces et indignes. Ce n'est pourtant pas la première vidéo, mais il semble que les consciences ne soient pas encore suffisamment marquées. 

Les images, extrêmement choquantes, relatent des faits bien réels et souvent tenus secrets. En l'occurrence, la vidéo avait été tournée entre juillet et octobre 2019, au sein d'un centre de tri et de trois élevages bretons. 

Sur ces images alarmantes, on peut apercevoir des coups donnés gratuitement aux animaux ainsi que l'exécution arbitraire de veaux en bonne santé. L'association explique en effet qu'"après avoir été séparés de leur mère dès la naissance, les veaux sont triés, certains tués car jugés insuffisamment rentables, et les autres engraissés dans des bâtiments sordides".

C'est également un ancien acteur de la filière veau qui témoigne anonymement et relate les conditions déplorables : "J'ai été choqué par l'état sanitaire de certains élevages. Les veaux sont affaiblis et malades. Aujourd'hui, je témoigne en espérant que les consommateurs vont se réveiller. Je sais que ces images sont dures, mais il faut les regarder entièrement".

Un tel geste n'est pas anodin, l'association exige à travers cela que les pouvoirs publics se manifestent et agissent rapidement en faveur de la dignité des animaux. Ils réclament des mesures politiques pour mettre fin à l'élevage intensif, et demandent également que les habitudes alimentaires des restaurants collectifs privilégient les produits d'origine végétale. 

Espérons que nos représentants seront sensibles à cette requête et la traiteront en urgence. 

Les Éclaireuses