Si, en France, cette nouvelle peut paraître aberrante, pour les Saoudiennes, c’est une véritable avancée et un pas de plus vers l’émancipation.

Jusque là, en Arabie saoudite, les femmes âgées de 21 ans ou plus devaient obtenir l’autorisation de leur père, frère ou (ex)mari pour sortir du territoire.

Désormais, les femmes saoudiennes vont être autorisées à obtenir un passeport et à voyager à l’étranger sans devoir obtenir l’accord préalable d’un « tuteur » de sexe masculin.

« Un passeport sera délivré à tout ressortissant saoudien qui en fera la demande », a indiqué le quotidien gouvernemental Umm Al Qura, citant une décision de l’exécutif. 

Il s'agit de la dernière des réformes mises en place par le prince héritier Mohammed Ben Salman, dans une volonté de libéralisation du pays ultraconservateur.

Pour la femme d'affaires saoudienne Muna AbuSulayman, c’est une mesure historique : « Les rêves de certaines femmes ont été brisés à cause de leur impossibilité de quitter le pays pour (...) étudier à l'étranger, pour répondre à une offre d'emploi ou même pour fuir si elles le désiraient », a-t-elle commenté sur Twitter. « Ce changement signifie que les femmes sont sur la voie de prendre totalement le contrôle de leur destinée légale ».

Une bonne nouvelle pour ces femmes qui recouvrent un peu de liberté, même si cette mesure n’abolit pas le système de « tutorat » ancré depuis des générations par un gouvernement ultra-conservateur selon lequel un homme use de ses pouvoirs sur les femmes qui l'entourent.

Les Éclaireuses