Sarah Boyle, une jeune mère de famille britannique a subi une double mastectomie ainsi qu’une chimiothérapie pour finalement apprendre qu’elle n’avait pas de cancer. Une erreur médicale invraisemblable aux conséquences non négligeables.

Elle prend connaissance de son pseudo-cancer du sein en 2016, par l’équipe médicale du Royal Stoke University Hospital en Angleterre. Et comme si un premier choc émotionnel ne suffisait pas, elle vit un deuxième traumatisme lorsqu’on lui dit le contraire quelques temps après. "Ces dernières années ont été incroyablement difficiles pour moi et ma famille" a-t-elle expliqué au journal anglais The Independent.

Le cancer dont elle serait victime en 2016 aurait été annoncé suite à des problèmes d’allaitement, son nouveau-né refusant de prendre le sein. Elle n’aurait peut-être jamais dû consulter car en effectuant une biopsie et un scanner, les médecins lui détectent un cancer du sein à un stade avancé, rien que ça. Perte de cheveux, ablation des deux seins, reconstruction mammaire… voilà tout ce que la jeune femme de 28 ans a enduré. Tout ça pour entendre ensuite qu’il y a eu erreur.

"Se faire dire que l’on a le cancer, c’est terrible, mais passer à travers tous les traitements et le opérations pour ensuite se faire dire que ce n’était pas nécessaire, c’est traumatisant" a-t-elle confié en ajoutant "Comme si ce n’était pas suffisant, je suis désormais inquiète que mes implants mammaires puissent augmenter le risque de cancer dans les années à venir."

Même si l'hôpital lui a adressé ses plus sincères excuses, Sarah Boyle ne risque pas d'oublier ce qui s'est passé. 

Les Éclaireuses

-