Depuis maintenant plusieurs semaines, la France et ses habitants sont soumis à des règles de confinement strictes. Seules quelques sorties sont encore autorisées, dont celles qui concernent l’achat de produits de première nécessité.

Et si l’on pouvait légitimement penser que les protections périodiques en font partie, certaines femmes ont pourtant été verbalisées à ce sujet

Pour quelques membres des forces de l'ordre ayant effectué un contrôle, les protections périodiques ou les tests de grossesse ne sont pas des produits de première nécessité, et sortir pour en acheter est donc une infraction aux mesures de confinement.

Évidemment, cela donne lieu à des témoignages aussi étonnants qu’effrayants, sans parler du fait que ce type de verbalisations ne fait qu’accentuer le tabou qui pèse encore aujourd’hui sur les menstruations et les femmes.

Les Éclaireuses